G : histoire, géo, admin

Gignac : culture locale

Faune et flore

Cela m'intéresse

Documents sonores

Gignac : un autre regard

Cadre de vie

Culture et voyages

Culture, lettres, écriture

Culture philosophique

Santé

Société

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://d.mireille33.free.fr/data/fr-articles.xml

Le parler de mes régions

Est-ce en Touraine que l'on parle le mieux notre langue ? C'est ce qu'on disait autrefois... Les médias essaient d'imposer un accent qui se prétend neutre. Mais l'accent, le " parler ", c'est la vie d'une région. Ceux du nord caricaturent ceux du Sud. Mais ils oublient que leur accent nous surprend tout autant...
Au cours d'une randonnée, une lyonnaise m'a prise à partie à propos du mot " Causses ". Elle trouvait que je prononçais mal et que c'était rigolo.
Autrefois, je me serais vexée. Aujourd'hui je lui ai répondu calmement " que je ne changerai pour rien au monde ma prononciation. "
"
mais c'est rigolo " m'a-t-elle dit. Et tout aussi calmement j'ai ajouté: " Tu es dans une région de langue d'Oc et lorsque tu parles c'est rigolo pour nous aussi ". Sauf peut-être que nous ne le faisons pas remarquer.
 


La langue d'Oc
 
 

Ce chapitre est consacré à la langue du Sud qui a été la langue maternelle de nos  parents et  grands-parents. Ils parlaient entre eux en langue d'Oc. et non en patois. La langue s'est perdue mais ses profondes racines sont ancrées en nous. Ce qu'il en reste, c'est ce qui fait rire les parisiens !!! Mais il n'y a aucune raison d'en rire. C'est avec leur cœur que nos ancêtres la parlaient, leurs pensées étaient pétries de cette langue et personne dans le sud ne rit ou ne souhaite que cette langue ( celle de Mistral, Pagnol...) meure définitivement. Elle reste aussi dans le rythme de nos phrases, dans l'accent chaleureux, spontané, nourri des rayons de soleil.

PORLA PATOIS :

 C'est grâce aux rares personnes de la famille qui parlent encore ainsi que nous avançons petit à petit...

 

 

Le parler du Sud Ouest

a des ressemblances c'est aussi une langue d'Oc.   Ceux qui comprennent l' espagnol, le Provençal, l'ancien français devraient comprendre un peu cette langue locale :


Lexique de termes régionaux, en exemple :

Vocabulaire que j'ai utilisé dans certains romans :


Bacade : pâtée pour les porcs, ( occitan : bacada )
Caillade : lait caillé ( occitan : calhada )
Cailladou : petit fromage blanc ( occitan : calhadon )
Calel : petite lampe à huile
Cantou : coin du feu, creux de la cheminée ( occitan canton )
Couade : godet de bois qui possède un long mnche troué par lequel on fait couler l'eau puisée dans un seau ( occitan coada )
Drôle : garçon ou fille, sans nuance péjorative ( occitan : dròlle prononcé [ drɔnle ]
Fenestrou : petite fenêtre ( occitan : fenestron )
Ferrat : godet de métal pour puiser dans un seau.
Flaugnarde : gateau composé de farine, de lait, d'oeufs... Fe : flaunharda )
Graillons : sorte de rillettes ( occitan : gralhons )
Mila dieus : mille dieux ! ( occitan : prononciation [ milodiw ]
Millassou : gâteau fait avec de la farine de maïs ( occitan : milhasson )
Mique : grosse boule de pâte bouillie ( occitan : mica )
O plau !  : Si, bien sûr ! ( occitan : : oc lan )
Oule : marmite ( occitan : ola )
Paradis : la marchande de paradis vendait les écorces pour le feu.
Seille : Seau ( occitan : selha )
Sendarel : petit sentier.
Touron : source, fontaine ( occitan : toron )
Tourtelou : petites galette de blé noir ( occitan : tortelon )
Tourtou : galette de blé noir ( occitan : torton )
Venetz minjar la sopa ! ( occitan : prononciation [venemindzaloʃupo )

Los jorns àlongen, Per lá Nàdàu  ( Pour Noêl ) d’ùn pié de jàu ( D’un pied de coq ) 
 Per sentá Lùcie    ( Pour sainte Lucie ( sainte lumière; symbole solaire )  D’ùn pié de piuse. ( D’un pied de puce ) (la puce est minuscule et noire, comme le soleil)
Per sent Tomas   ( Pour saint thomas ) ( qui ne croit que ce qu’il voit ), de boch’en nas   ( De bouche en nez )  ( le soleil s’élève, mais peu ).
Per novel àn   (  Pour nouvel an ), d’ùn pié d’àlàn    ( D’un pied d’alan )
Nota : le nouvel an ne signifie pas ici 1er janvier mais l’entrée dans le signe zodiacal du bélier ( = soleil).
Los reis, crese que qu'es un envencion de la crestientat 

 

Lexique d'expressions comprises par tout le Sud
 


Avé  :  “ Tu viens avé moi ou tu restes ? ”
Bader  : dobrir la boca,  beatament. “ Il arrête pas de bader sa voisine. ” ( idem en provençal )
Batailler : se battre, “ Ces deux-là, ils se bataillent toujours. ”
Boulard  “ Je lui ai eu son boulard avec ma bille.”
Bouléguer ( de bolegar ) :  “ Boulègue un peu que t'as l'air de dormir ! ” (idem en provençal )
Brave ( de brave ) : aimable, serviiable. “ Il est brave, qu'il est brave, le pauvre... ” ( idem en provençal )
Buffer ( de bufar ) :  “ Le vent buffe fort aujourd'hui. ” ( idem en provençal)
Cagade ( de cagada ) : error “ Quelle cagade il a faite en l'épousant ! ” ( idem en provençal )
Cagagne  “ T'as la cagagne ou quoi ? ” ( idem en provençal ) = mal de ventre.
Caguer ( de cagar ): far sos besonhs. “ Va caguer;  je m'en cague de ta vie! ”
Castagne : còp de punh. Coup de poing.
Cheneau ( de canal ): conducha d'aiga. “ Les feuilles mortes ont bouché la cheneau. ”
Consulte ( de consulta ) : examèn d'un pacient. “J'ai ma consulte à dix heures.”
Craques ( de cracas ) : mentida, messorga. “ Je crois pas: c'est des craques, tout ça. ”
Déquiller ( de desquilhar ): tombar violentament.
Dîner ( de dinnar ): repais de miègjorn. “ Vous baignez pas de suite après dîner. ”
Empéguer ( de empegar ): fixar amb de pega. “ Il s'est empégué la vitre. ” ( idem en provençal ); prendre, coller
Ensuquer ( de ensucar ) : estabordir. étourdi par un coup , par le soleil “Je me sens tout ensuqué.” ( idem en provençal )
Escagasser ( de escagassar ) : .écraser, faire mal “ Il m'a escagassé le nez, cet imbécile ! ” ( idem en provençal )
Fénestrou ( de fenestron ) : fenèstra pichona. “ Vé-le qui dit bonjour au fénestrou ! ” Petite fenêtre.
Fïnter ( de fintar ) : fénher. “ finter échapper aux corvées.”
Gnaque ( de nhac ): còp de dent, vam. “J'ai la gnaque aujourd'hui: je vais tout casser ! ”
Gnaquer ( de nhacar ) : mordir, mordre. “ Il m'a gnaqué, ton chien ! ”
Péguer ( de pegar ): téner amb de pega; coller. “ Il pègue, ton parquet. ”
Pégueux ( de pegós ) : que pega. “ Les cheveux pégueux qu'elle t'a, celle-là ! ”
Pet [pet]: un petit peu, un rien. “ Y a pas un pet de vent ce matin. ”
Pétarou ( de petaron ) : velomotor. “ T'y vas à pied ou avec ton pétarou ? ”
Pitchou ( de pichon ) : petit. “ Elle est passée où, la pitchoune ? ”
Pitchounet ( de pichonet ) : tot petit. “ Le pitchounet dort chez sa mamée. ”
Poche ( de pòcha ) : sacon de plastic. “J'ai trois poches ( sacs ) pleines de courses .”
Poutou ( de poton ) : bais. “ Gros poutous ( bisous ) de la part de tout le monde.”
Que ( de que ) : perque, per que. “ Mange que t'auras moins faim. ”
Quiller ( de quilhar ) : levar, èsser en ereccion. “ Le chien t'a quillé les oreilles quand il l'a vu. ”
Quique ( de quica ) : penis . “ Elle me donne la quique à chaque fois, c'est dingue ! ”
Quiquette ( de quiqueta ) : penis de dròlle. “ Il avait la quiquette à l'air, son drôle. ”
Souillarde ( de solharda ) : pèça ont se fa la vaissèla. ( La pièce où on fait la vaisselle ou on garde certaines denrées. ) “ Va chercher l'éponge à la souillarde. ”
Souper ( de sopar ) : repais del ser.( Repas du soir )  “ Venez demain pour le souper. ”
Tailler ( de talhar ) : copar. ( Couper ) “ Fais attention à pas te tailler avé ce couteau. ”
Tomber ( de tombar ) : desabilhar.( enlever, se déshabiller ) “ Tombez donc la veste. ”
Trempe ( de trempe ) : molhat. ( Mouillé ) “On est complètement trempes.”


 
Autres EXPRESSIONS DEL SUD Ouest
 
    Achève ( de acaba ): lèu-lèu. “ Allez, achève, on va pas y passer la nuit. ”
    Adieu  : bonjorn, al reveire. “ Adieu, ça va; ( bonjour ) ? ”
    Arrive ( de arriba ) : “ Arrive que je t'attends depuis deux plombes ! ”
    Boudi ( de bon Dieu ) : zut. “ Boudi qu'elle m'énerve ! ”
    Ça mien ( de çò meu ) : mon, lo meu. “ Le chapeau, c'est ça mien. ”
    En cas que ( de en cas que ) : ( au cas où ). “ Prends de l'eau en cas qu'il fasse soif. ”
    E tu: vos tanben. “ Ça va ? — E tu ? ”
    Filh de garça : zut. “ Filh de garça, tu l'as pas manquée cette fois ! ”
    Finissez d'entrer ( de acabatz d'entrar ) : dintratz. “ Finissez d'entrer, qu'il fait pas chaud. ”
    Hilh de puta : zut. “ Hilh de puta, ça cogne ! "
    Macarèl : zut. “ Macarèl, il plaisante pas, le pitchou. ”
    Malgré que ( de malgrat que ) : ( bien que ). “ Je l'aime, malgré qu'il est con. ”
    Mila dieus : zut. “ Mila dieus de mila dieus ! ”
    Non pas ( de non pas ) : ( non ). “ C'est vrai ? — Non pas ! ”
    Pas mai : pas plus. “ Quoi de neuf ? — Pas mai ! ”
    Pauvre : pecaire. “ Pauvre, qu'est-ce qui t'arrive encore ? ”
    Peuchère : ( de pecaire ) ( pauvre ). “ Peuchère, tu me fais de la peine.”
    Que dalle ( de que d'ala ) : pas res.( rien ) “ Je gagne que dalle chez mon patron. ”
    Qu'es aquò : compreni pas, ( je ne comprends pas ). “ L'andropause, qu'es aquò ? ”
    Rienque ( de res que ) : solament, ( seulement ). “ Dix francs ? Rienque ? ”
    ( de ten ) : pren, ( prends )“ Té, voilà la pomme que tu m'as demandée. ”
    Un bon peu ( de un bon pauc ) : ( assez abondamment ). “ Mets-en un bon peu quand même. ”
    Vai cagar : vai-te'n. “ Vai cagar, va: tu m'emmerdes. ”
    Va plan : ( doucement ) “ Je vous en mets trois cents grammes? — Va plan. ”
    ( de vei ) : ( regarde ). “ Vé, y en a qui s'en font pas ! ”

A BIENTOT !........................................................O bien lèou !

BIENVENUE !.....................................................  Bienvégudo !

A CE MOMENT LA.........................................    Indoun

A CETTE FOIS, CA Y EST ! …………………. A questé co, coli !

A CHAQUE FOIS QU’ELLE PARLAIT……… O cado co qué porlabo

A LA PROCHAINE FOIS…………. …...  …….Ol co qué bé

A LA FIN DU MOIS…………………………….O lo fi del mé

A LA FIN, TU Y ARRIVERAS…………………O lo fi y orribora

A MIDI, NOUS AVONS FINI LES RESTES…. O mètzour, oben féni lo reste

A QUI TU PARLAIS ?......................................    O cu porlabé ?

ASPIRE, MAIS NE SOUFFLE PAS !................... Rèppiro, mé no choufflo pas !

AS-TU EU DU SOLEIL AUJOURD’HUI ?.......   A otsu del choulel aunay ?

ATTENDS-LE BIEN !............................................ Eppèri-lou bien !

AUJOURD’HUI, C’EST VENDREDI…………….. Aunay, coy dibendré

AUJOURD’HUI, NOUS AVONS EU DU BROUILLARD   Aunay, oben otsu del brouillard

AU MILIEU……………………………………        Ol mé

AU MOIS DE NOVEMBRE…………………….     Ol mé dé nouvimbré

A UNE AUTRE FOIS……………………. …….A oun aoutré co

AU REVOIR …………………………………          Au rébeyré - Pérare (vers martel)

AUTREFOIS…………………………………….Din l’aoutré tein

AVANT-HIER, NOUS SOMMES ALLES…….   Obon-tier, chen onna

AVEC SA SŒUR………………………………..  Ein cho chour

BIEN SUR QUE (c’est lui) QUE JE CONNAIS….. Bé déchéur quoi oquel qué counèchy

BIENTOT, JE T’ENVERRAI CE QUE………Lèou, t’imbouyoray cho…

BONNE CHANCE…………………………….  Bouno chinche

BONNE NUIT A VOUS/ A TOI ....................... Bouno nè o vouy

BONNE SOIREE ……………………………… Bouno chérénade

BONSOIR BRAVE MONDE ¡...........................  Bouncher bravé moundé ¡

BONNES VACANCES..................................     . Bouno bocanche

ÇA BOUGE/CA REMUE…………………………..     Co chè boulègue

ÇA DEPEND COMMENT CA VIRE/TOURNE…….. Co dèppin coumo né bire

ÇA DEVRAIT ALLER BIEN………………………    Co débro onna bien

ÇA DOIT L’ASSOIFFER...............................................Co déou l’ochèda

ÇA FAIT « DEPIT »……………………………………     Co fay dèppi

ÇA LUI PASSERA…………………………………     Co li pochoro

ÇA M’A BIEN FAIT PLAISIR ……………………     Co m’o bien fa plogé

ÇA ME FAIT BIEN PLAISIR  DE LIRE TOUT ÇA.    Co mo fa bien plogé dé letsi tou toco

ÇA ME FAIT MAL………………………………….    Mé dol

ÇA ME FAIT RIRE………………………………….    Co mé fa riré

ÇA ME PLAIT BIEN/ME PLAIRAIT BIEN…….           Mé carri bé/mé cororio bé

ÇA ME PIQUE LES YEUX………………………….   Co mé piquo din lou jèl

CA M’ECHAPPE DES FOIS…………………….          M’éccapo dé co

ÇA NE RISQUE RIEN..........................................         Co ricco ré (ricorée!)

 ÇA NE VA PAS TARDER A BOUILLIR…………..   Co bay pas torda o buli

  

ÇA S’ECRIT …………………..................................    Co chècri

ÇA SENT PARTOUT…………………………….          Co chin pertout

ÇA SE PAYE CHER……………………………….        Co ché pago car

ÇA TE FERAIT DU BIEN DE LE VOIR………….      Co té foro bé dé lou beyré

ÇA VA DÈBORDER……………………………..          Co vay débourda

ÇA VAUT RIEN !.....................................................        Co val ré !

CELUI-LA………….. Auquel    -    CELLE-LA…………….. Auquelle

CE MATIN JE SUIS ALLEE CHEZ LA VOISINE…..  Oy moti, chu onnade tsa lo béjino

CE MATIN J’AI PASSE L’ASPIRATEUR,………….   Oy moti, ay pocha l’aspirateur

CE N’EST PAS MARQUE SUR CELUI-LA………… Coy pas morqua chu jauquel otopaou

CE QUE TU DESIRES TE DESIRE AUSSI………….. Cho qué déjiré té déjiré otobé

CE QUI EST FAIT N’EST PLUS A FAIRE…………... Cho qué fa n’è plus_ o fa

CE SERA MA SECONDE SEMAINE………………… Co chéro mo chégounde chémano

CE WEEK-E, IL DEVAIT Y AVOIR DU SOLEIL,

  MAIS IL N’Y EN AVAIT PAS……Oy week-e débio y obé del choulel, mais n’y ovio pas

C’EST BON LES ESCARGOTS………………………Coy boun louil eccorgol

C’EST UNE BONNE IDEE …………………………. Coy ouno boune idèyo

C’EST BEAU LE PANORAMA QUE JE VOIS

   EN FACE………………..................................... Coy brabé lou panorama qué béji ein fache

C’EST A CHAQUE FOIS PAREIL…………………    Coy o cado co poriè

C’EST BIEN RAFISTOLĖ…………………………….  Coy bien rébourdocha  

C’EST BIEN RACCOMODE/COUSU………………..   Coy bien pétocha

C’EST CE JOUR-LÁ QU’IL FAUT Y ALLER……….. Coy oquel tzour qué té cal y onna   

C’EST CE QU’IL Y A DE MIEUX A FAIRE……….      Coy cho qué lio dé milliour o fa

C’EST DEJA FAIT…………………………………….  Coy dédza fa 

C’EST DOMMAGE QUE TU NE L’AIES PAS

   PRISE PLUS PRES…………………………….Coy doumatzé dé pas l’obé préjo plus près

C’EST BIEN DOMMAGE QUE NOUS NE PUISSIONS PAS

    CORRESPONDRE…………………Coy bé doumatzé qué poudian pas corrèpoundré

C’EST DUR…………………………………………… Coy dur 

C’EST EMBETANT………………………………….      Coy imbestien 

C’EST EN HAUT........................................................    Coy dé naou

C’EST MA SŒUR QUI EST EN TRAIN DE PARLER

  OU QUOI ?.........................................................Coy mo chauré quèj  intrin dé porla ou qué ?

C’EST MA VOISINE QUI ME L’A DIT.............Coy mo béjine qué jou m’o inchénia

C’EST MOI QUI ARRIVE……………………………   Coy yèou qu’orribé

C’EST MOI  QUI TAPE !…………………… ………  Coy yéou qué tapi 

C’EST MON ANNIVERSAIRE………………………. Coy moun aniverchaïré

C’EST MON APPAREIL QUI BOUGE/REMUE……. Coy moun opporeil  què boulègue

C’EST NOUS QUI ARRIVONS………………………  Coy naoutré qu’orriben

C’EST PAS SUR………………………………………    Coy pas chéur

C’EST UNE BONNE IDÉE…………………………..     Coy uno bouno idèye

C’EST TOI ? ………………….. ……………………    Coy tu ?

C’EST VITE PASSE………………………………….   Coy bité pocha/léou pocha

C’ETAIT BIEN FAIT…………………………………… Qu’èro bien fa   

C’ETAIT BON ? ...........................................................     Qu’èro boun ? / Ero boun ?

C’ETAIT UNE GARCE !...............................................     Qu’èro ouno garcho !

C’ETAIT SON CADEAU D’ANNIVERSAIRE………..   Qu’èro chou cado d’anniverchaïre

CHEZ LE MEDECIN………………………………….    Tsa lou médéchi

COMME JE TE L’AVAIS DIT…………………………  Coumo j’ou t’obio dit      

COMMENT ALLEZ-VOUS ? …………….                      Coumin onna vous zaoutré ?

COMMENT ÇA VA ?................................   Coumin co vay ?/Couchin co bay ?/Coumin ba ?

COMMENT  FAUT-IL FAIRE ? ……………….              Coumo cal fa ?

COMMENT ON FAIT LES HARICOTS ?.............. Coumo fa loy favé ?

CONTINUE D’ECRIRE…………………………………. Contunio d’éccrire

DANS QUINZE JOURS JE SERAI(J’IRAI) PRESQUE  A PINSAC…. Din quingè dzours chérè (oniray) prèqqué o Pincha

DE BONNE HEURE………………………………….       D’o bouro

DE LA VISITE………………………………………….    Dé lo bizite

DEPECHEZ-VOUS D’ALLER VOUS PROMENER…     Cotsoné d’onna vous perména

DE PLUS......................................................................        Dé may

DEPUIS DEUX JOURS, JE VAIS ME PROMENER AU BORD DU

 CANAL…………………………. Dunpey douil dzour, boou mé perména ol bor del conal

D. M’A DIT UN SOIR……………………..             D. mé diguè un ser

DIS, OU ES-TU ? …………………. …………………      Dio, intiè ?

DIS, TU ES LA ?………………………………………      Dio, t’yéj oqui ?

DIS, TU VIENS TE COUCHER ?.................................       Dio, bèné té couïdza ?

DEMAIN NOUS AVONS RENDEZ-VOUS………….      Démo oben rendez-vous

DEMAIN, NOUS FETERONS L’ANNIV/…………….    Démo, fettorein l’anniverchaïre

DEMAIN G. VIENDRA ET NOUS IRONS FAIRE

 LES COURSES……………………………………Démo G. bindro é onniren fa lo courche

DE RIEN……………….. …………………………….       Dé ré

DESOLE(E) DE T’ENVOYER DES CONNERIES !………………….       Déjoulâdo dé t’imboya dé lo counorios

DIX NEUF HEURES……………………………………    Dojo noou houro

DORS BIEN …………………………………............        Duer bien

ELLE A DU ACHEVER SON TRAVAIL……………..      O dètsu occoba choun trobal

ELLE A MAL AU DOS………………………………….  O mal ol èkkino

ELLE DOIT LE SAVOIR…………………………….        Déou jou chobé

ELLE EST BELLE……………………………………..     E brabo

ELLE EST VENUE AVEC SON CHAT………………..    È bingude ein chou cotou

ELLE ETAIT ALLEE…………………………………..     Ero onnade

ELLE ETAIT BIEN RONDE…………………………..      Ero bien rédundo

ELLE N’EST PAS TROP TASSEE (la pâte !)…………..     N’è pas trop omorado

ELLE RESTE AU LIT ET COMMENCE

 A LANGUIR…………………………………….. …….   Resto ol lè qué couminco dè langui

ELLE VA ALLER CHEZ SA COPINE………….... ……..Bay onna tsa cho copine

ELLES SONT BIEN BELLES …………………………..  Chou bé brabé

EN HAUT/JE MONTE EN HAUT……………………      Dé naou, monti dé naou

ENVOIE-MOI TES PHOTOS………………                      Imboy-mé toy fotos

EN WEEK-END DE PECHE……………………………     En week-end dé pècco

ESPECE DE COUENNE !.........................................          Èppèché dé coudèno!

ESSAYE !.......................................................................      Ochatso !

ESSUIE-TOI !........................................................................ Bouïcho-té !

EST-CE QUE JE SAIS ? …………………………………. Té chaabi

EST-CE QUE TU AS LU MON COURRIER……………. A létzi moun courrié ?

EST-CE QUE TU L’AS AIME ? ………………………… J’ay aima ?

EST-CE QUE TU PEUX M’ENVOYER ?………………  Podé m’imbouya ?

ET A LA FIN, NOUS FERONS CHABROL……………. E o lo fi, forin chobro

ET JE CONTINUE COMME ÇA......................................  E countuni coumo co

ET TOI QU’EST-CE QUE TU FERAS ?..........................  E tu, qué fora ?

EXCUSE-MOI POUR LE RETARD…………………       Èccujo-mé pel rétar

FAIS ATTENTION A NE PAS TE DECHIRER........... Fay atinchïou dé pas té déquicha

FAIS DE BEAUX REVES........................................       Fay dé brabé raïbi

FERME LA PORTE !....................................................  Barro lo porto !

GOUTE CETTE SAUCE ! …………………………… Tâto quello chalso !

GROS BISOUS ET EMBRASSE LE CHIEN………...  Gros poutous é imbracho lou tsé !

HE BE DIS-DONC, CA VA MAL…………………….. Hé bé dio, co vay mal

HEUREUSEM.QUE JE CONNAIS BIEN LA ROUTE DE NUIT

  ET DE JOUR..........Houroujomin qué counèchi bien lo route dé nè é dé tzour

HEUREUSEMENT QUE VOUS ETIEZ LA ¡...............  Houroujomin qué chia oqui ¡

HIER SOIR.....................................................................   Hier o ché

ICI AUSSI………………………………………………  Oïchi otobé

ICI ÇA VA/ÇA VA MIEUX……………………………. Oqui co vay/co vay milliour 

ICI, C’EST  COMME CHEZ VOUS……………………….. Oïchi coy coumo tsa baoutré

ICI, IL N’Y EN A PAS EU BEAUCOUP……………..    Oïchi, n’yo pas otsu bien

ICI NOUS AVONS LE SOLEIL, MAIS IL Y A DU VENT…. Oïchi, obin lou choulel, mé yo     del vin

IL A GRÊLĖ/IL GRÊLAIT……………….…………Gronichabe /o grêla

IL/ELLE A REUSSI A LE CALMER……………..   O rouilchi o lou colma

IL/ELLE ALLAIT BIEN. +Pluriel=Ils/elles……….  Onnabo bien/Onnabou bien

IL/ELLE A MIS LE CHAPEAU…………………… O boutta lou copel     

IL/ELLE ATTENDRA……………………………    Eppèror

IL/ELLE A UN NEZ TOUT NEUF……………….    O ùn na tout nèbé

IL/ELLE A PECHE.................................................    O pecca

IL/ELLE EST CONNU(E)…………………………   E counéu

IL/ELLE EST LA QUI ARRIVE AVEC SON

  JOURNAL………………………………………..... Èje oqui qu’orribo ein chou journal  

IL/ELLE EST MAIGRE COMME UN BATON !.......É magré coumo oun estèlou !

IL/ELLE EST RENTRE  AVANT NOUS AUTRES…Ĕ dintra obon naoutré

IL/ELLE EST REPARTI……………………………  Ĕ tourna porti

IL/ELLE EXPLIQUAIT…………………………………

IL/ELLE FAIT DES COMMENTAIRES A

   CHAQUE IMAGE…………………………….         Fay dè coumintari o cadé imatzé

IL/ELLE N’A PAS ENVIE…………………………… N’o pas embètso

IL/ELLE N’A PAS FINI DE COULER/GOUTTER… A pas féni dé rodza

IL/ELLE NE COMPRENDRA PAS…………………Coumprindro pas

IL NE FAISAIT PAS CHAUD……………………    Fojio pas bien caou

IL NE FAIT PAS TRES BEAU…………………       Fay pas bien brabé

IL/ELLE NE L’AURA PAS FAIT ENCORE/DE SUITE.... J’oouro pas fa inguèré/coché

IL/ELLE LUI MANQUE LE JARDIN………………  Li manquo lou dzordi

IL/ELLE NOUS A EXPLIQUE…………………………….    Nous jo èpplica

IL/ELLE SAUTAIT SUR  LA PORTE POUR SORTIR

  Chooutabo oprès lo porte per chourti

IL/ELLE S’EN VA TOUT SEUL………………….. ………..     Chin bay tout choul

IL/ IL/ELLE SEMBLE BIEN………………………………….   Chèmblo bé

IL/ELLE S’EST CALME UN PEU……………………………...Ché colma ùn paou  

IL/ELLE TOUSSE.......................................................................  Poucco

ILS/ELLES SONT BIEN INSTALLES…………………………Chou bien éttola

ILS/ELLES SONT LAIDS A FAIRE PEUR AVEC LEUR........ Chou lèdé o fa pôour ein loy

ILS/ELLES ME REGARDAIENT.............................................   M’obijâbou

IL FAISAIT UNE CHALEUR DANS CETTE

 CHAMBRE !...............................................................Fojio uno colour din joquèlo cambro !

IL FAIT BEAU……………………………………..  Fay un brabé tin

IL FAIT NUIT DEHORS…………………………… Fay nè défor

IL FAUT DE L’EXPERIENCE…………………….  Cal dé l’éppériencho

IL FAUT FAIRE AVEC ÇA………………………..  Cal fa indo co

IL FAUT TE DEPECHER………………………….  Té cal né coutsa

IL FERA NUIT QUAND NOUS PARTIRONS……  Foro nè quand portiren

IL NE FAUT PAS TE GENER…………………….   Té cal pas té zoïna 

IL NEIGE…………………………………………     Nébétso

IL PLEUT A VERSE……………………………..     Pléou o fay / O vercho

IL EST BIEN TARD DIS ! ....................................     E bé tar dio!

IL EST DEVENU UN BEL HOMME HEIN ?........... È débénu oun bel houmé hé ?

IL ME FAUDRAIT BIEN

  APPRENDRE A LE FAIRE………………………..Mé caudrio bien oprindré o jou fa

IL ME FAUDRAIT Y ALLER RAPIDEMENT AVANT QU’IL NE PLEUVE

 Mé codrio y onna coché, obon qué pléè

IL FAUT QU’ELLE SE REPOSE ET

   QU’ELLE NE FASSE RIEN.. ……………………. Cal qué ché paoujé et  qué fa ré

IL Y A DES CHANSONS…………………………..  Yo dé lo conchou

IL Y EN A ASSEZ ………………………………..     N’yo prou                                                                                                                                            

IL Y A PEUT-ETRE OLIVIA QUI VA VENIR……..Yo bélèou Olivia qué bay béni

IL Y A AUSSI………………………………………. Yo otobé

IL Y A UN PEU QUE JE L’AI……………………    Yo ùn paou qué l’ay

IL Y A UN PEU QU’ELLE BALAYE……………..   Yo ùn paou qué bolatzo

IL Y A BIEN LONGTEMPS……………………….   Yo bien tin

IL Y EN AVAIT UN DERRIERE CHAQUE………. Y obio ùn doriè cadé….

IL N’Y A RIEN A FAIRE………………………        Yo ré o fa

IL N’Y EN A PLUS…………………………………   N’yo may

IL N’Y A PAS DE QUOI ………………………        Yo pas dé qué

Il N’Y EN A PAS BEAUCOUP………………..          N’yo pas gaïré

IL ME FAUT LE REPASSER……………………….  Mé cal l’olija

IL ME FAUT FAIRE CHAUFFER LE FOUR……….. Mé cal fa cooufa lou four

IL NE TE FAUT PAS AVOIR PEUR……………….   Té cal pas obé poou

IL VA Y AVOIR…………………………………….    Bay y obé

IL NE TE FAUT PAS RECULER………………….     Té cal pas rétuila            

IL N’Y A PERSONNE………………………………... Yo déhun

IL FAUT CHERCHER DES IDEES ET LES TROUVER !.. Cal cherca dé lo zidé é lô trouba!

IL TE FAUT ME DIRE QUEL JOUR VOUS

 ALLEZ VENIR…………………………………………Té cal mé diré cal dzour onna véni

IL TE FAUDRAIT TROUVER QUELQUE CHOSE

   QUI SOIT MIEUX………………………………   Té codro trouba quicon qué chiaqué mel

IL FAUDRA BIEN FAIRE AVEC CELUI-LA……. Codro bien fa in dauquel

IL FAUDRA LE FAIRE……………………………. Codro jou fa

IL FAUT Y CROIRE/CROIRE/LE CROIRE……..   Cal y creyré/creyré/cal jou creyré

IL VEUT ALLER SE DESHABILLER……………. Bol onna ché dèppouilla/déjabilla

IL EST LA QUI ATTEND D’ESSAYER DE SE

  LEVER DE SON FAUTEUIL….Ej oqui qu’éppère qu’ochatso dé ché léba dé chul faoutur

IL EST ASSIS…………………………………………………. Èje ochita

IL Y AVAIT UNE  AUTRE FEMME QUI AVAIT ETE OPEREE

 D’UN ŒIL………………………Y obio ùne aoutré fenné qu’obio etta opérado d’ùn el

J’AI ATTENDU LONGTEMPS…………………….  Ay ottindu lountein

J’AI BIEN RECU...............................................        Ay bien réchacu

J’AI BIEN MANGE ET BIEN BU, MAINTENANT , IL

  ME FAUT DIGERER !...............................Ay bien minza é bien béu, oouro, mé cal dédzéri !

J’AI CHAUD………………………………………    Ay colour/Ay caou  (Calès)

J’AI DU TRAVAIL................................................      Ay del trobal

J’AI CUEILLI/JE CUEILLE…………………….      Ay omocha/omochi

J’AI ENCORE CRU VOIR…………………….        Ay inguèro cru beyré

J’AI FROID.............................................................    Ay fré

J’AI LU…………………………………………..     Ay létzi

J’AI LE TEMPS…………………………………      Ay lou tin

J’AI BIEN TOUT FERME ET ETEINT ………….  Ay bien tout borra é ècconti

J’AI ACHETÉ DU PAIN TENDRE………………   Ay croumpa del po tindré 

J’AI FAIT SAUTER LES CREPES……………….  Ay fa choouta lo crèppo

J’AI FAIT DES PATES.............................................Ay fa dé lo paatto

J’AI FAIM………………………………………….  Ay tolan

J’AI FINI MA CUISINE………………………….    Ay féni mo coujino

J’AI LAISSÉ LA PORTE OUVERTE…………       Ay doïcha lo porto druberto

J’AI LAISSÉ M. Ă DEUX HEURES ET JE SUIS

 ALLÉE MANGER…………………….Ay doïcha M. o do jouro é chouil onnado minza

J’AI MANGÉ LA CAJASSE………………           Ay minza lo codzacho

J’AI MIS UN TRICOT PARCE QU’IL NE……….   Ay bouta ùn trico percho qué…

 Faisait pas bien chaud maintenant….             Fojio pas bien colour oouro

J’AI OUBLIE ………………………………………...J’ay ôoublida

J’AI PEUR…………………………………………    Ay poou

J’AI PRESQUE FINI………………………………..  Ay présqué fini

J’AI PRIS DES PHOTOS…………………………..   Ay prè dé loy foto

J’AI PRIS UN RENDEZ-VOUS…………………….  Ay pré un rendez-vous

J’AI RECU UN COUP DE FIL DE TON FILS……    Ay odssu un co de fiol dé toun drolé

J’AI SOIF.................................................................    Ay ché

J’AI SU QU’ELLE AVAIT ETE MALADE...........    Ay choccu qu’obio étta malaoudo

J’AI SU QUE TU AVAIS ETE MALADE………..    Ay choccu qué tièj étta malaoudo

J’AI TOUT ACHEVĖ………………………………    Ay tout_occoba

J’AI TROUVE QUELQUE CHOSE……………         Ay trouba quicon

J’AIME BIEN LA MIQUE…………………………    Aymi bien lo mique

J’AURAI GOÛTER………………………………….  Auray tosta

J’EN AI MON AISE………………………………       T’é n’ay moun ufle/ moun aïjé

J’EN PRENDS UN PEU PLUS…………………..             Né prèni un paou may

JE BOIS………………………………………………        Bèbi

JE COMMENCE A ETRE ENRHUMEE………….           Couminchi d’èttré einrumado

JE CROIS AUX FEES…………………………….            Crèji o loy fé

JE CROIS QU’ELLES EXISTENT ………………            Crèji qu’éjisto

JE CROYAIS QUE TU ĖTAIS EN HAUT……….            Crèjiabi qué éré dé naou

JE DESCENDS/JE MONTE………………………            Dobali, monti

JE LE VEUX BIEN, MAIS JE NE PEUX PAS………..    Jou boli bé, mé podi pas

JE LE LAISSE SUR LE N°2…………………………..     Lou daïchi chul N°2

JE LE POSE ICI…………………………………………  Jou boti oqui

JE LEUR PARLAIS……………………………………..  Lour porlabi

JE L’ACHEVE………………………………………….   L’occabi

JE MARCHE 1 HEURE ALLER ET RETOUR….  Martsi 1 heure aller é un aoutré (é ôoutant) per tourna

JE ME DONNE UN COUP DE PEIGNE………………   Mé donni un co dé pinzé

JE ME CHAUSSE ET JE TE SUIS……………………    Mé caouchi é té chey

JE ME COUCHE COMME LES POULES (plus tôt que…) Mé coïzé (voou ol lè) plus lèou qué lo poule

JE ME DEPECHE DE FAIRE MON TRAVAIL……       Mé côttsi dé fa moun trobal

JE N’AI PAS ENVIE DE PARTIR……………………… N’ay pas imbètso dè porti

JE NE ME SUIS PAS ENCORE PEIGNEE………...        Mé chu pas inguèré pinzénado !

JE NE PEUX PAS M’ARRETER…………………...        Podi pas m’orretta

JE NE PEUX PAS TE LE DIRE………………………… Podi pas jou té diré

JE NE SAIS PAS……………………………………….    Jou chay/chabi pas

JE NE SAIS PAS LA FAIRE COMME MÉMÉ………….Chabi pas lo fa coumo lo Mémé

JE NE SAIS PAS SI JE TE L’AI DEJA DIT…………….  Chabi pas ché t’ay dédza dit

JE NE SAVAIS PAS QU’IL MANGERAIT LA-BAS….  Chobio pas qué minzabo olay

JE NE SAVAIS PAS S’IL FALLAIT……………………  Chobio pas ché colio

JE NE SAIS PAS D’OU ELLES VIENNENT…………….Chay pas d’oun bèno

JE NE SUPPORTE PAS……………………………          Chupporti pas

JE NE TROUVE PAS………………………………….     Jou trobi pas

JE NE SAIS PAS OU IL SE TROUVE……………………Chay pa ou in ché trobé

JE NE SAIS PAS COMMENT L’ECRIRE !…………….. Jou té chay pas coumo cal     l’ècriré !

JE NE SAIS PAS CE QUE JE VAIS FAIRE………           Châbi pas ché qué boou fa

JE NE SAIS PAS QUOI FAIRE………………..                 Chay pas qué fa/qué mé cal fa

JE NE REGRETTE PAS D’Y ETRE ALLEE.....                 Régrètti pas d’y êtré onnado           

JE NE SAIS PAS OU TU EN ES..............................            Chabé pas in dé tiè

JE NE SAIS PAS OU IL EST………………………            Chay pas indé è

JE NE SAIS PAS SI JE T’AI DIT……………………         Chabi pas ché jou t’ay di

JE PRENDRAI CELLE-LA………………………………..Prendray oquèlo

JE RESTERAI PAR-LA……………………………………Démouroray o proquin

JE SUIS ALLEE CHEZ LE COIFFEUR………Chouil onnado tsa lou pentsénaïré/coyfur         

JE SUIS NEE A PINSAC EN 1952……               Chouil noccudo o Pincha. ein milo naou cent cinquanto douil

JE SUIS BIEN CONTENTE QU’ELLE TE PLAISE…..Chouil bien countinté qué té plagé

JE SUIS CONTENTE DE VOIR QUE MES PHOTOS TE PLAISENT…Chouil countinté dé

beyré qué moy fotos té plajou--------------------------------------------------------------------------

JE SUIS EN TRAIN (de le/la faire brûler)…………Chouil intrin dé loy fa croma !

JE SUIS EN TRAIN DE SECOUER LA SALADE…Chouil intrin dè brondi lo cholado

JE SUIS REVENUE DANS LA CHAMBRE……...Chouil tournado din lo cambro

JE SUIS RESTEE PENDANT 2 HEURES..            Chu démourado pindin duo zouro

JE SUIS TRES FATIGUEE………………      Chouil très orédudo/fatigado, dounc énervado !

JE SUIS « ENDORMIE » (« ENSUQUÉE)……      Chouil ochuccado

JE SUIS GOUTEUR…………………………….     Chouil tostaïré

JE SUIS LE CHASSEUR…………………………   Chouil lou cochaïré

JE SUIS PASSÉE/NOUS SOMMES PASSÉS…...   Chu pocha/Chen pochade

JE SUIS ALLEE VOIR…………………………...   Chouil onna beyré

JE T’EMBRASSE FORT………………………….. T’imbrachi fort

JE TE FAIS DES GROS BISOUS …………………Té faou dè gros poutous

JE TE TIENDRAI AU COURANT…………………Té tindray ol courant é forin oco

JE TROUVERAI BIEN QQ CHOSE A FAIRE….. .Trouvéray bien quicon o fa

JE N’AI PAS FAIM………………………………    N’ay pas tolan

JE N’AI RIEN VU ENCORE ....................................N’ay bi inguère

JE N’AVAIS PAS TRES ENVIE…………………...N’obio pas umbétso

JE T’AIDE ?.............................................................. T’odzudi ?

JE T’AIME.................................................................T’aymi plo

JE M’APPELLE………………………………….    M’appèli

J’HABITE A…………………………………….      Démôri à

JE RETOURNE LE VOIR FIN SEPTEMBRE…..   Torni lou beyré o lo fi dé cheptimbré

JE TE DIRAI ÇA UN AUTRE JOUR ………….     Té diray d’oco oun ostré dzour

JE TE LE RENVOIE………………………………. Lou té torni emboya

JE T’ECRIRAI QUAND JE REVIENDRAI…….    T’écriray quand tournora

JE T’ECRIS EN PATOIS, TU ME REPONDRAS EN PATOIS Autrement, je ne t’écrirai plus !......T’écrivi in potoué, mé répoundra en potoué, aoutromin t’écribi pu !!

JE T’ENVOIE /JE VOUS ENVOIE………T’imboye/T’odréchi -Vous emboye/vous odrèchi

JE T’EN ENVOIE QQ UNES DE PLUS………………..      T’in imboye cacouné dé may-----

JE M’EN VAIS DIMANCHE/JE RENTRE……                 M’imboou dimintze/Torné porti

JE N’ENTENDRAI PAS DE LA MME FACON/PAREIL..N’intindray pas del même biail

JE SUIS BIEN CONTENTE QU’ELLE AILLE MIEUX….Chouil bien countinto qué         chiaqué mel

JE VOIS………………………………………………….    Béji

JE L’AI REUSSI…………………………………………    L’ay rouïchi

JE L’AI ECHAPPE/ATTRAPPE……………………           L’ay éccopado/ottropado                    

JE L’AI HUMECTE APRES-MIDI ET IL ME

  FAUT LE REPASSER CE SOIR…J’ay humecta opré-métzour é mé cal j’olija oqué té cher

JE COMMENCAIS A M’ENERVER…………………...    Couminchabi o m’énerva

JE CROIS QUE CA Y EST…………………………….      Crèji qué coli

« JE TE MELANGE TOUT  ÇA »………………………    Té boulèï tout oco

JE VIENS DE VOIR TES PHOTOS…………………..       Bèni dé beyré toy foto

JE VIENS TE DONNER DES NOUVELLES……………  Bèni té douna des nouvelles    

JE COMPRENDS TOUT…………………………………   Jou coumprèni tout

JE SECOUE LA BRANCHE…………………………..       Brondiché lo brocco

JE LA SECOUE/SECOUE - LA………………………        Lo brondiché/brondi lo

J’ESPERE QUE TU VAS ME REPONDRE.................        Eppèri qué ba mé réppoundré

JE  SOUHAITE QU’IL/ELLE AILLE

  MIEUX BIENTOT.......................................................       Eppéri qué chiaqué mél bien lèou

JE TROUVERAI BIEN QUELQUE CHOSE A FAIRE….. Trouveray bé quicon o fa

JE T’AI DIT QUE L’EPICERIE VA ROUVRIR ?...T’ay di qué l’épichorio vay ché drubi ? 

JE VAIS ALLER CHEZ LE MEDECIN……………….     Boou onna tsa l’médéchi

JE VAIS ALLER ETENDRE MON LINGE/ LA LESSIVE….. Boou onna éccompa moun    lindzé/ lo buado

JE VAIS TREMPER LA SOUPE …………                        Voy trimpa lo choupo

JE VAIS LUI PORTER LA SOUPE AU LIT…..                Boou li pourta lo choupo o lè

JE VAIS TOUTES LES ECRIRE DANS UN CAHIER      Voy toutsé loy éscriré din oun        cohier

JE VAIS TE SOUHAITER UNE BONNE NUIT …            Boou té chouetta uno bouno né

JE VAIS BIEN…………………………….                          You vay bien

JE VAIS ME COUCHER……………………                      Mé voy tsayré

JE VAIS CHEZ L’AUTRE……………………….              Voou tsa l’aoutré

JE VAIS CONTINUER MES AFFAIRES…..                      Boou countinua mo joffa 

JE VAIS OUVRIR LE PORTAIL………..                           Boou durbi lou portal

JE VAIS FAIRE CUIRE UN POULET…………………..  Boou fa cojé ùn poulé

JE VAIS LIRE OU REGARDER LA TELE………            Boou létsi ou obija lo télé

JE VAIS REMUER MA SAUCE TOMATE…………..   Boou bouléa mo chalcho dé toumate

JE VAIS LUI DIRE QU’IL VIENNE NOUS

   PRENDRE EN PHOTO……………………    Boou lou diré qué bingué nous prénè in foto

JE VENAIS JUSTE DE……………………….                    Bénio justé dé…

JE VOUS ECRIS………………………………………….  Vous éccribi

JE VOUS FAIS DE GROS BAISERS…………………..    Bou foou dè poutous

J’ALLUME ?..........................................................................Ollumi ?

J’ESPERE QUE CA S’ARRANGERA.............................     Eppèri qué s’adobé

J’ESPERE QUE DEMAIN IL FERA BEAU.......................  Eppéri qué démo foro brabé

J’ETEINS ¿.............................................................................Èccontichi ¿

J’Y COMPTE BIEN...........................................................    L’y compti bien

L’AUTRE JOUR................................................................. L’aoutré dzour

LA FAMILLE EST BIEN INSTALLEE.............................Lo famillo è bien éttolado

LA FEMME NOUS A RACONTE SA VIE ¡............ Lo fènno nous jo racountado cho bito

LA BREBIS......................................................................... L’ouillo (Pinsac)-lo fèdo (Calès)

LA PREMIERE SOLUTION............................................... Lo prémière choluchïou

LA TABLE EST MISE……………………………………Lo tablo è métudo

LA SOUPE DE FEVES EST CHAUDE !.......................    Lo choupo dès fabres è caoudo !

L’EAU BOUT……………………………. …………….   L’ayo bul

LE CHAT EN SAUTANT AVAIT POUSSE LA CHAINE DE SECURITE ET LA PORTE              ETAIT FERMEE !....Lo cotou ein choutin obio poucha lou codène dé sécurité é lo porte éro borrade !

LE CHAT FAIT DES SCENES……………………………Lou cotou fay dé loy chèouno

LE CHIEN A FAIT SA PROMENADE…………………   Lou tsé o fa chou perménado

LE LOUP…………………………………………………  Lou lou !!!

LE MAÏS…………………………………………………..Lou bla d’Eppagne

LE PAIN N’EST PAS LEVÉ…………………………….  Lou po n’è_pas conillia

LE SEL ET LE POIVRE…………………………………  Lou chal é lou pèbré

LE TEMPS DEVIENT NOIR…………………………      Lou tein bein nègre

LE SOLEIL S’EST CACHE……………………………..  Lou choulel ché tutzo/échtudza  

LE DIABLE ME BRULE !..............................................   (Lou) Diablo mé cramé  (oh !)

LE DOS ME FAIT MAL……………………………..       L’èkino mé fay mal

LAQUELLE ON VA CHOISIR ?......................................  Loquello onen côouji ?

LE PAYS ( la région) EST BEAU……………………… Lou pohi è brabé

LE TROU DU CUL (oh !)…………………….. ………….Lou traou del tioul !

LES DEUX OU TROIS JUPONS…………………………Loy douil o tré tsupou

LES JEUNES FEMMES…………………………………  Fantouno

LES GENS QUI SE PROMENAIENT, S’ARRETAIENT

 POUR LE VOIR……………Lou moundé qué ché perménabo, ch’orètabou per lou beyré

LES JOURS PASSENT VITE………………………….    Louil dzour pochan visté

LES PARENTS NE DOIVENT PAS ETRE CONTENTS. Lou porin débou pas estré countin

LES PHOTOS ONT ETE PRISES……………………..    Loy foto o esta prise

LAISSE-MOI FAIRE CE QUE JE VEUX……………..    Daïcho mé fa cho qué boli

MAINTENANT IL Y EN A UNE SUR

 LE BUFFET….Oouro (Pinsac)- Garo (Calès)……………Oouro, nyo une chul l’ormari

MAINTENANT, JE SUIS EN TRAIN DE FAIRE

 CUIRE LES TOMATES…………………………Oouro, chouil intrin dé fa cojé lo toumate

MAMAN DESCEND……………………………………   Moma doballo

MANGEONS UN PETIT PEU………………………..      Minzèn ùn bouchi

MA SOUPE N’EST PAS ASSEZ CUITE……………….  Mo choupo n’è pas prou quètso

MEME SI NOUS NOUS ECRIVONS QUE DE

 TEMPS EN TEMPS………………………  Même ché nous éccriber dé tein zein tein

MES YEUX ME FONT MAL………………………….     Mo jel mé fa mal

METS-LUI SA CHAUSSURE………………………….    Botto-li cho côouchure

METS-LE/LA ICI……………………………………..      Botto- jou oqui

METS-Y L’ENTONNOIR !..........................................       Botto-li l’einfournil !

MERCI BEAUCOUP ………………………………….    Merchi plo

MILLE DIEUX ! IL EST CINQ HEURES ET DEMIE… Milodïou ! è chinq houro è mètzo

MORD-LE/LA .PIQUE-LE/LA…………………………   Gaffo-lou/lo – Piquo-lou/lo  

MIDI MOINS LE QUART……………..       Mètzouro manquo ùn quart

MIDI MOINS DIX……………………..        Mètzouro manquo dè minutes

MON CHAT EST LĂ QUI SE LECHE………………….Moun cotou èj oqui qué ché lèppo

MON PERE NE REPONDAIT PAS QUAND MA MERE DEMANDAIT DES DETAILS

 ………… Moun païré répoundio pas quand mo maïré domondabo déou détails.

MON GATEAU EST REUSSI…………………………. Moun tourtel è rouïchi

NE DEMOLIS/DETRUIS PAS TES AFFAIRES……    Déboyllio pas tou joffa

NE VOUS SAOULEZ PAS AVEC LE VIN ROUGE !  Vous pinta pas ein lou bi rouja !

NETTOIE CETTE TOILE/NAPPE………………….  Nèttètzé oquelle tiole

NOUS  ALLONS ARRIVER A NOEL………………Onen orriba o Nodal

NOUS ALLONS ALLER JUSQUE LA……………   Onen onna dzuco lay

NOUS AVONS ATTENDU JUSQU’Ă………………Oben ottindu dzuco           

NOUS AVONS ENTENDU………………………….Oben intindu

NOUS AVONS UN BEAU TEMPS…………………Oben al brabé tein

NOUS FAISONS PAS MAL DE SORTIES…………Fojen pas mal dé chortide

NOUS AVONS ATTENDU LONGTEMPS QUE

 LE MEDECIN VIENNE………………. Oben éppéru bien tein qué lou médéchi beingue

NOUS AVONS BIEN FAIT LA FETE………..      Oben bien fa lo botte

NOUS AVONS FAIT UNE BONNE LECON…    Oben fa uno bouno leïchou

NOUS BOIRONS LE CHAMPAGNE…………     Béourin lou champagne

NOUS NOUS SOMMES LEVES A 5H…………   Nou chen lèba o chinq_houro 

NOUS SOMMES BIEN OBLIGES DE

  Faire comme ça……………………………….      Chen bien aoublija dé fa coumo co

NOUS PARTONS FAIRE DES COURSES….        Portin fa dé lo courso

NOUS PASSONS DE BONS MOMENTS……..     Pochen dé boun moumin

NOUS POURRIONS CONTINUER …………..      Pourian continua

NOUS Y SOMMES…………………………….      Ly chen

NOTRE COUSIN/COUSINE ……………………   Nostré coujine n’aïmo pas lou jolives

N’EN REVE PAS…………………………………  N’é raïllo pas

ON VA ESSAYER……………………………………… Onnen ochotza

ON VA FAIRE LE REPAS……………………………..  Onnen fa l’épperti

ON POURRAIT LEUR DIRE QU’ON PASSERAIT

  LUI DIRE BONJOUR……………………  Pouirien lour diré qué pochorin lui diré bonjour

ON DIRAIT QUE ÇA VIENT………………………… N’en dirio qué co bé

ON DIRAIT QUE C’EST MA SŒUR QUI PARLE….. N’en dirio qué coy mo chauré qué     parlé

ON FAIT COMME ON PEUT........................................ Fojin coummo poudin

OŬ IL EST MON MANTEAU ?................................      Indé moun montel ?

 OŬ C’EST ÇA ? (OU EST-CE ?)……………………     Ein coy oco ?

OŬ TU EN ES (de ton balayage) ?.............................       Ein né tyé (dé to bolatso) ?

OŬ TU VAS ?...............................................................    Ein ba ?

OU SONT-ILS/ELLES ?…………………………….    Oun chou ?    

OUVRE-MOI LA PORTE……………………………   Drèmé lo porto

OUVRE-MOI L’EAU…………………………………  Drèmé l’aillo

OUI, IL LE FAUDRAIT…………………………….     Bé jou codrio

PARCE QUE A LA MAISON PERSONNE

  N’EN VOULAIT………………………………..Percho qué o lo mayzou déhun n’é bouillio

PENDANT QUE MON PERE DORMIRA…….   Pindin qué moun païré durmiro                                                                                                

PERSONNE N’A TELEPHONE………………    Déhun n’a téléfouna

POUR CHANGER UN PEU……………………. Per condza un paou 

POUR LA BONNE RAISON …………………    Per lo brabé réjoun

POUR LEUR MONTRER……………………..    Per louil mountra

POUR NOUS RECHAUFFER………………….  Per nous récolfa

POUR REPONDRE A TA QUESTION……….    Per réppoundre o to questiïou

PEUX-TU M’ENVOYER LE PAPIER SI TU L’AS ENCORE ?...... Podé m’imbouya lou

popier ché l’a toutzours ?

POURQUOI TU MIAULES PAUVRE CHAT ?....Qué miaouné paouvré cate ?

QUAND J’AURAI D’AUTRES NOUVELLES……..Quan_oray d’aoutré nouvelles

QUAND TU LE SAURAS, TU ME LE DIRAS……..Quan jou chooura, jou mé dira

QUAND IL IRA A LA CHASSE……………………. Quan oniro o lo cacho

QUAND JE LE SAURAI, JE TE LE DIRAI…………Quan jou choouray, jou té diray

QUAND ELLE EST RENTREE……………………   Quand è tournade

QUAND ELLE SERA PROPRE……………………. Quand chéro propré

QUAND ELLES SERONT FINIES, NOUS PARTIRONS… Con chèroou fénido, portirin

QUAND NOUS N’Y SERONS PLUS……………..   Quand l’y chérin plus

QUAND NOUS RENTRERONS………………….    Con tournorin

QUAND ON PEUT, IL FAUT EN PROFITER……   Quand n’en po, cal né proufita                                                                                

QUE TU ES COUILLE ! (oh !) ……….......................Qué tié couille!

QUE TU ES NIAISE !................................................. Qué tié nièche !

QUE TU ES TÊTUE !................................................. Qué tié cachèque !

QUE TU M’AGASSES !............................................Qué m’ogache !

QUE TU ES GENTILLE ………………………….. Qué tiè dzontillo

QUEL AGE AVEZ-VOUS ¿ ..................................... Cal atsé obé ¿

QUEL MALHEUR ¡.................................................   Cal malur ¡

QUELLE COURGE ¡................................................. Calo coutso ¡

QUELLE VIE ¡..........................................................  Calo bito ¡

QUEL BALOT ¡..........................................................Cal balour ¡

QUEL BETASSOU/BETE..........................................Cal bétiourla. Cal oliman ¡

QUE NOUS AVONS ……………………………..   Qu’avem

QUEL BORDEL !  (oh !)............................................Cal bourdel !

QUI SAIT ?.................................................................Cal coy/cal cha ?

QU’AS-TU FAIT CETTE APRES-MIDI ?..............  Qu’a fa oquesté opré-metzour ?

QU’AVEZ-VOUS FAIT CETTE APRES-MIDI ?......Qu’avé fa «  « «  « « « « « « 

QU’EST-CE QUE J’EN SAIS ?...................................Qué té chobo ?

QU’EST-CE QUE TU AS ?........................................ Qué a ?   

QU’EST-CE QU’IL Y A ?  ……................................ Qué yo ?

QU’ILS SONT BEAUX !.........................................   Qué chou brabé !

QU’EST-CE QUE C’EST ?...................................      Qu’es aco ?

QU’EST-CE QUE TU M’AS DIT ?.......................     Qué m’a dit ?

QU’EST-CE QUE TU ATTENDS POUR ENCAISSER MON CHEQUE ?..Qu’èppèré per fa incoïcha moun chèque ?**************************************

QU’EST-CE QU’ILS Y METTENT DEDANS ?.........Qué l’y bottou dédin ?

RAPPELLE-NOUS ET A CE SOIR…………………. Roppèlo-nous é au quété cher

REGARDE LES PHOTOS………………………….   Obijé loy foto

REGARDE LE CORBEAU…………………………   Obijé lou courtobal

RENTRE ÇA !.(grand dégoûtant....)............................  Dintro co !

REVIENS-Y/RETOURNES-Y......................................Torno-li

RIEN DE NOUVEAU/NEUF……………………. …..Ré dé nouvel

SEPT HEURES MOINS CINQ……………………… Chet ouro manqo chinq

SECOUE LE PRUNIER POUR FAIRE

 TOMBER LES PRUNES ET LES RAMASSER…Brondi lou prunier per fa toumba lô pruno     é lo jomocha

SI TU POUVAIS ME FAIRE ÇA………………..       Ché poudioï mé fa occo

SI TU VEUX REPASSER, TU PEUX LE FAIRE..     Ché bolé olija, podé jou fa

SIX HEURES MOINS LE QUART ARRIVE……...   Chiè zouro min lou quart orribe

SORS-TOI DE LĂ QUE JE M’Y METTE……….      Tiro-té d’oqui qué l’y mé botti

S’ILS ONT DE LA PLUIE, TANT PIS POUR EUX !... Ché oou dé lo plètzo, tant pis per   éyché

TACHE DE BIEN ALLER……………………………Tatso dé bien onna                  

TANT MIEUX !.........................................................    Tant mel !

TON FILS ETAIT CONTENT DE LA CHASSE ?..... Toun drôle éro coutin dé lo cacho ?

TOUTES LES OIES AVAIENT LES YEUX BLEUS. Touto  lo jaouquo obio lou jel blou

TU AS FINI DE ME MORDRE ?................................  A féni dé mé goffa ?

TU AS GOUTE SI ELLE ETAIT ASSEZ SALEE ?...  A tosta chèro prou cholado ?

TU AS BIEN FAIT.......................................................  A bien fa

TU AS PEUR QU’IL Y AIT QUELQU’UN ?........        A pôou qué aïtsé caoucun ?

TU CONNAIS CE VILLAGE ?..................................    Counaiché oquel villatsé ?

TU EN AS PARLE ?.................................................    N’a porla ?

TU LA SORTIRAS………………………………….. Lo chourtira

TU L’AS ACHETE ? ………………………………   Lo croumpa ?

TU L’AS SECOUE ?................................................... J’a brondi ?

TU LA SECOUERAS……………………………….. L’o brondira

TU AS EU RAISON DE LE FAIRE ………………   A otsu rojou dé jou fa

TU AURAIS DU LA PRENDRE DE PLUS PRES…..Aurio corgu lo prèni de + près

TU LA VEUX LA MOITIÉ ?....................................    Lé bolé lo méïta ?

TU L’AS VU ? / TU NE L’AS PAS VU……………  L’a bi ? / L’a pas bi

TU NE M’AS PAS REPONDU !.......................... ….  M’a pas réppondu !

TU N’EN N’AS PAS ENVOYE EN CE MOMENT.. N’a pas imboya oquel momin

TU ES TETUE COMME UNE BOURRIQUE……    Tiè cachècco coumo uno chaoumo

TU ME DIRAS CE QUE TU EN PENSES……….      Mé dira qué né pinché

TU ME FAIS BAILLER..........................................     Mé fa bodoya

TU ME L’AS DEJA DIT…………………………..     Jou m’a dédza di

TU ME DIRAS CE QUE TU EN PENSES………..     Tu mé dira cho qué né pinché

TU N’AS PAS FINI DE RÂLER !........................        A pas féni dè rrrôcla !

TU N’AS PAS FINI DE « MIAULER » !................     A pas féni dé mioouna !

TU N’AS PAS FINI DE BOIRE !................................  N’a pas féni dé béouré !

TU N’Y ETAIS PAS/JE N’Y ETAIS PAS…………… Yèré pas/Yèri pas

TU VERRAS BIEN CE QUE TU POURRAS FAIRE..... Beyra bé cho qué pouira fa                         

TU AS ENTENDU LA NOUVELLE ?........................      A intindu lo nouvello ?

TU M’ENVERRAS UNE RÉPONSE ?........................      M’imboyoura uno répouncho ?

TU PEUX M’APPELER QUAND TU VEUX…………    Mé podé oppéla con volé

TU PEUX UTILISER/TE SERVIR……………………… Podé utilija/té cherbi

TU TROUVERAS QQ PHOTOS DE PLUS…………..     Troubora caouqué fotos dé may

TU EN AURAS APPRIS QUELQUES UNES………..      N’aourra opré quaouquo jun

TU VAS ME LAISSER……………………………….       Va mé doïcha

TU VAS TE TAIRE !.....................................................       Bay té taïjé !

TU AS ENTENDU L’ANGELUS ?....................................  J’intindi l’onzel/l’onzéli(Calès) ?     

S’IL SE FOUTAIT PARTERRE, IL FAUDRAIT LE RAMASSER ( !)… Chi ché foutio pel     terré, codrio l’omocha !                                                                                                            

SI JE TE LE DIS, C’EST QUE C’EST COMME CA….Ché jou té diji, coy qué coy oïtal

SI TU POUVAIS ME FAIRE ÇA…………………….   Ché poudio mé fa oco

SI JE VOUS EMBETE, IL FAUT ME LE DIRE……..   Ché bou jimbesti, bou cal jou mé diré

SI ELLE VEUT, ELLE PEUT LUI DIRE QU’ELLE

 VIENT DE MA PART………………………………….Ché bol, poô li diré qué bé de mo par

TIENS-TOI / TENEZ-VOUS FIERS(en bonne santé)…….. Tè-té fier / Téné bouil fier

TU REPETES TOUJOURS LA MEME CHOSE …………Réppapio toudzour poriè !

TACHES DE BIEN DORMIR…………………………..    Tatso dé bien durmi

TU PEUX M’APPELER QUAND TU VEUX…………..    Podé m’opella quand bolé

TU DOIS ÊTRE CONTENTE……………………………   Débé estré countinto

TU NE SAIS PAS CHERCHER…………………………    Chabé pas cherca

TU VEUX UNE CLAQUE ?..............................................    Bolé un bourmal ?

TOUT DE SUITE………………………………………….. Coché

UN PEU CHACUN ………………………………………. Un paou cadun

UN GATEAU AUX NOIX……..Oun tourtel ol cocal (Pinsac)/Ol roccal (Calès)

VAS-T’EN TE PROMENER…………………                  Bay-t’ein té potchétsa  (té perména)

VAS-T’EN / FOUT-MOI LE CAMP !.............................  Bay-t’ein / Fou-mé lou can ! 

VA-T’EN CHERCHER LE VIN ! ………….                   Bay-t’in quère lou bi

VENEZ, NOUS ALLONS FAIRE DES PHOTOS……... Bénè, onnen fa dé loy foto

VIENS M’AIDER UN PEU………………………..         Bèné m’odjuda un paou

VIENS ICI QUE JE NE T’ECHAPPE PAS (le chat) !....... Bèné oïchi qué t’écappi pas

VIENS TE COUCHER…………………………….         Béné té couïza

VOILA LES PHOTOS QUE J’AI PRISES……………    Oqui loy fotos qu’ay pré

VOILA QUELQUES PHOTOS QUE J’AI PRISES L’AUTRE JOUR… Oqui caouco

  fotos què prèjo l’aoutré dzour                                                                                           

VOUS N’AVEZ PAS FINI DE PARLER ! ……………  Obé pas féni dé tsopa !

«QUAND LA NEIGE RESTE, ON DIT QU’ON EN ATTEND D’AUTRE »

 Quand lo néou démoro, n’en di qué n’éperra mal.

« JEUNE QUI VEILLE ET VIEUX QUI DORT, SONT TOUS DEUX BIEN PRES DE LA MORT »….. Djéouno qué billo et bieil qué der, chou touil douil bien pré dé lo mort !

« ARC-EN-CIEL DU SOIR, METS LE BOUVIER EN DEVOIR »

Orcano del cher mè lou bouvier en déber.

« ARC-EN-CIEL DU MATIN, LA PLUIE EST EN CHEMIN »

Orcano del moti, lo plètso è pè comi.

“VENT D’AUTAN LE MATIN, LA PLUIE EST EN CHEMIN”

Aouto del moti, lo plètso è pel comi.

“VENT D’AUTAN DU JOUR, DURE 9 JOURS”

Aouto del tzour, duro naou tzours.

“VENT D’AUTAN DE LA NUIT, DURE 1 JOUR ½ “

Aouto dé la nè, duro un tzour é mè.

“NEIGE DE FEVRIER VAUT UN TAS DE FUMIER”

Néou dé février, bal un fémourier.

« QUAND ON NE TRAVAILLERA PLUS LES LENDEMAINS DE FÊTE, LA FATIGUE SERA VAINCUE » !

Quand troboilliorin lou lindémo dé lo botto, lo fatiguo chèro vincudo ! (coy buerta !)

A BIENTOT !........................................................O bien lèou !

BIENVENUE !.....................................................  Bienvégudo !

A CE MOMENT LA.........................................    Indoun

A CETTE FOIS, CA Y EST ! …………………. A questé co, coli !

A CHAQUE FOIS QU’ELLE PARLAIT……… O cado co qué porlabo

A LA PROCHAINE FOIS…………. …...  …….Ol co qué bé

A LA FIN DU MOIS…………………………….O lo fi del mé

A LA FIN, TU Y ARRIVERAS…………………O lo fi y orribora

A MIDI, NOUS AVONS FINI LES RESTES…. O mètzour, oben féni lo reste

A QUI TU PARLAIS ?......................................    O cu porlabé ?

ASPIRE, MAIS NE SOUFFLE PAS !................... Rèppiro, mé no choufflo pas !

AS-TU EU DU SOLEIL AUJOURD’HUI ?.......   A otsu del choulel aunay ?

ATTENDS-LE BIEN !............................................ Eppèri-lou bien !

AUJOURD’HUI, C’EST VENDREDI…………….. Aunay, coy dibendré

AUJOURD’HUI, NOUS AVONS EU DU BROUILLARD   Aunay, oben otsu del brouillard

AU MILIEU……………………………………        Ol mé

AU MOIS DE NOVEMBRE…………………….     Ol mé dé nouvimbré

A UNE AUTRE FOIS……………………. …….A oun aoutré co

AU REVOIR …………………………………          Au rébeyré - Pérare (vers martel)

AUTREFOIS…………………………………….Din l’aoutré tein

AVANT-HIER, NOUS SOMMES ALLES…….   Obon-tier, chen onna

AVEC SA SŒUR………………………………..  Ein cho chour

BIEN SUR QUE (c’est lui) QUE JE CONNAIS….. Bé déchéur quoi oquel qué counèchy

BIENTOT, JE T’ENVERRAI CE QUE………Lèou, t’imbouyoray cho…

BONNE CHANCE…………………………….  Bouno chinche

BONNE NUIT A VOUS/ A TOI ....................... Bouno nè o vouy

BONNE SOIREE ……………………………… Bouno chérénade

BONSOIR BRAVE MONDE ¡...........................  Bouncher bravé moundé ¡

BONNES VACANCES..................................     . Bouno bocanche

ÇA BOUGE/CA REMUE…………………………..     Co chè boulègue

ÇA DEPEND COMMENT CA VIRE/TOURNE…….. Co dèppin coumo né bire

ÇA DEVRAIT ALLER BIEN………………………    Co débro onna bien

ÇA DOIT L’ASSOIFFER...............................................Co déou l’ochèda

ÇA FAIT « DEPIT »……………………………………     Co fay dèppi

ÇA LUI PASSERA…………………………………     Co li pochoro

ÇA M’A BIEN FAIT PLAISIR ……………………     Co m’o bien fa plogé

ÇA ME FAIT BIEN PLAISIR  DE LIRE TOUT ÇA.    Co mo fa bien plogé dé letsi tou toco

ÇA ME FAIT MAL………………………………….    Mé dol

ÇA ME FAIT RIRE………………………………….    Co mé fa riré

ÇA ME PLAIT BIEN/ME PLAIRAIT BIEN…….           Mé carri bé/mé cororio bé

ÇA ME PIQUE LES YEUX………………………….   Co mé piquo din lou jèl

CA M’ECHAPPE DES FOIS…………………….          M’éccapo dé co

ÇA NE RISQUE RIEN..........................................         Co ricco ré (ricorée!)

 ÇA NE VA PAS TARDER A BOUILLIR…………..   Co bay pas torda o buli

  

ÇA S’ECRIT …………………..................................    Co chècri

ÇA SENT PARTOUT…………………………….          Co chin pertout

ÇA SE PAYE CHER……………………………….        Co ché pago car

ÇA TE FERAIT DU BIEN DE LE VOIR………….      Co té foro bé dé lou beyré

ÇA VA DÈBORDER……………………………..          Co vay débourda

ÇA VAUT RIEN !.....................................................        Co val ré !

CELUI-LA………….. Auquel    -    CELLE-LA…………….. Auquelle

CE MATIN JE SUIS ALLEE CHEZ LA VOISINE…..  Oy moti, chu onnade tsa lo béjino

CE MATIN J’AI PASSE L’ASPIRATEUR,………….   Oy moti, ay pocha l’aspirateur

CE N’EST PAS MARQUE SUR CELUI-LA………… Coy pas morqua chu jauquel otopaou

CE QUE TU DESIRES TE DESIRE AUSSI………….. Cho qué déjiré té déjiré otobé

CE QUI EST FAIT N’EST PLUS A FAIRE…………... Cho qué fa n’è plus_ o fa

CE SERA MA SECONDE SEMAINE………………… Co chéro mo chégounde chémano

CE WEEK-E, IL DEVAIT Y AVOIR DU SOLEIL,

  MAIS IL N’Y EN AVAIT PAS……Oy week-e débio y obé del choulel, mais n’y ovio pas

C’EST BON LES ESCARGOTS………………………Coy boun louil eccorgol

C’EST UNE BONNE IDEE …………………………. Coy ouno boune idèyo

C’EST BEAU LE PANORAMA QUE JE VOIS

   EN FACE………………..................................... Coy brabé lou panorama qué béji ein fache

C’EST A CHAQUE FOIS PAREIL…………………    Coy o cado co poriè

C’EST BIEN RAFISTOLĖ…………………………….  Coy bien rébourdocha  

C’EST BIEN RACCOMODE/COUSU………………..   Coy bien pétocha

C’EST CE JOUR-LÁ QU’IL FAUT Y ALLER……….. Coy oquel tzour qué té cal y onna   

C’EST CE QU’IL Y A DE MIEUX A FAIRE……….      Coy cho qué lio dé milliour o fa

C’EST DEJA FAIT…………………………………….  Coy dédza fa 

C’EST DOMMAGE QUE TU NE L’AIES PAS

   PRISE PLUS PRES…………………………….Coy doumatzé dé pas l’obé préjo plus près

C’EST BIEN DOMMAGE QUE NOUS NE PUISSIONS PAS

    CORRESPONDRE…………………Coy bé doumatzé qué poudian pas corrèpoundré

C’EST DUR…………………………………………… Coy dur 

C’EST EMBETANT………………………………….      Coy imbestien 

C’EST EN HAUT........................................................    Coy dé naou

C’EST MA SŒUR QUI EST EN TRAIN DE PARLER

  OU QUOI ?.........................................................Coy mo chauré quèj  intrin dé porla ou qué ?

C’EST MA VOISINE QUI ME L’A DIT.............Coy mo béjine qué jou m’o inchénia

C’EST MOI QUI ARRIVE……………………………   Coy yèou qu’orribé

C’EST MOI  QUI TAPE !…………………… ………  Coy yéou qué tapi 

C’EST MON ANNIVERSAIRE………………………. Coy moun aniverchaïré

C’EST MON APPAREIL QUI BOUGE/REMUE……. Coy moun opporeil  què boulègue

C’EST NOUS QUI ARRIVONS………………………  Coy naoutré qu’orriben

C’EST PAS SUR………………………………………    Coy pas chéur

C’EST UNE BONNE IDÉE…………………………..     Coy uno bouno idèye

C’EST TOI ? ………………….. ……………………    Coy tu ?

C’EST VITE PASSE………………………………….   Coy bité pocha/léou pocha

C’ETAIT BIEN FAIT…………………………………… Qu’èro bien fa   

C’ETAIT BON ? ...........................................................     Qu’èro boun ? / Ero boun ?

C’ETAIT UNE GARCE !...............................................     Qu’èro ouno garcho !

C’ETAIT SON CADEAU D’ANNIVERSAIRE………..   Qu’èro chou cado d’anniverchaïre

CHEZ LE MEDECIN………………………………….    Tsa lou médéchi

COMME JE TE L’AVAIS DIT…………………………  Coumo j’ou t’obio dit      

COMMENT ALLEZ-VOUS ? …………….                      Coumin onna vous zaoutré ?

COMMENT ÇA VA ?................................   Coumin co vay ?/Couchin co bay ?/Coumin ba ?

COMMENT  FAUT-IL FAIRE ? ……………….              Coumo cal fa ?

COMMENT ON FAIT LES HARICOTS ?.............. Coumo fa loy favé ?

CONTINUE D’ECRIRE…………………………………. Contunio d’éccrire

DANS QUINZE JOURS JE SERAI(J’IRAI) PRESQUE  A PINSAC…. Din quingè dzours chérè (oniray) prèqqué o Pincha

DE BONNE HEURE………………………………….       D’o bouro

DE LA VISITE………………………………………….    Dé lo bizite

DEPECHEZ-VOUS D’ALLER VOUS PROMENER…     Cotsoné d’onna vous perména

DE PLUS......................................................................        Dé may

DEPUIS DEUX JOURS, JE VAIS ME PROMENER AU BORD DU

 CANAL…………………………. Dunpey douil dzour, boou mé perména ol bor del conal

D. M’A DIT UN SOIR……………………..             D. mé diguè un ser

DIS, OU ES-TU ? …………………. …………………      Dio, intiè ?

DIS, TU ES LA ?………………………………………      Dio, t’yéj oqui ?

DIS, TU VIENS TE COUCHER ?.................................       Dio, bèné té couïdza ?

DEMAIN NOUS AVONS RENDEZ-VOUS………….      Démo oben rendez-vous

DEMAIN, NOUS FETERONS L’ANNIV/…………….    Démo, fettorein l’anniverchaïre

DEMAIN G. VIENDRA ET NOUS IRONS FAIRE

 LES COURSES……………………………………Démo G. bindro é onniren fa lo courche

DE RIEN……………….. …………………………….       Dé ré

DESOLE(E) DE T’ENVOYER DES CONNERIES !………………….       Déjoulâdo dé t’imboya dé lo counorios

DIX NEUF HEURES……………………………………    Dojo noou houro

DORS BIEN …………………………………............        Duer bien

ELLE A DU ACHEVER SON TRAVAIL……………..      O dètsu occoba choun trobal

ELLE A MAL AU DOS………………………………….  O mal ol èkkino

ELLE DOIT LE SAVOIR…………………………….        Déou jou chobé

ELLE EST BELLE……………………………………..     E brabo

ELLE EST VENUE AVEC SON CHAT………………..    È bingude ein chou cotou

ELLE ETAIT ALLEE…………………………………..     Ero onnade

ELLE ETAIT BIEN RONDE…………………………..      Ero bien rédundo

ELLE N’EST PAS TROP TASSEE (la pâte !)…………..     N’è pas trop omorado

ELLE RESTE AU LIT ET COMMENCE

 A LANGUIR…………………………………….. …….   Resto ol lè qué couminco dè langui

ELLE VA ALLER CHEZ SA COPINE………….... ……..Bay onna tsa cho copine

ELLES SONT BIEN BELLES …………………………..  Chou bé brabé

EN HAUT/JE MONTE EN HAUT……………………      Dé naou, monti dé naou

ENVOIE-MOI TES PHOTOS………………                      Imboy-mé toy fotos

EN WEEK-END DE PECHE……………………………     En week-end dé pècco

ESPECE DE COUENNE !.........................................          Èppèché dé coudèno!

ESSAYE !.......................................................................      Ochatso !

ESSUIE-TOI !........................................................................ Bouïcho-té !

EST-CE QUE JE SAIS ? …………………………………. Té chaabi

EST-CE QUE TU AS LU MON COURRIER……………. A létzi moun courrié ?

EST-CE QUE TU L’AS AIME ? ………………………… J’ay aima ?

EST-CE QUE TU PEUX M’ENVOYER ?………………  Podé m’imbouya ?

ET A LA FIN, NOUS FERONS CHABROL……………. E o lo fi, forin chobro

ET JE CONTINUE COMME ÇA......................................  E countuni coumo co

ET TOI QU’EST-CE QUE TU FERAS ?..........................  E tu, qué fora ?

EXCUSE-MOI POUR LE RETARD…………………       Èccujo-mé pel rétar

FAIS ATTENTION A NE PAS TE DECHIRER........... Fay atinchïou dé pas té déquicha

FAIS DE BEAUX REVES........................................       Fay dé brabé raïbi

FERME LA PORTE !....................................................  Barro lo porto !

GOUTE CETTE SAUCE ! …………………………… Tâto quello chalso !

GROS BISOUS ET EMBRASSE LE CHIEN………...  Gros poutous é imbracho lou tsé !

HE BE DIS-DONC, CA VA MAL…………………….. Hé bé dio, co vay mal

HEUREUSEM.QUE JE CONNAIS BIEN LA ROUTE DE NUIT

  ET DE JOUR..........Houroujomin qué counèchi bien lo route dé nè é dé tzour

HEUREUSEMENT QUE VOUS ETIEZ LA ¡...............  Houroujomin qué chia oqui ¡

HIER SOIR.....................................................................   Hier o ché

ICI AUSSI………………………………………………  Oïchi otobé

ICI ÇA VA/ÇA VA MIEUX……………………………. Oqui co vay/co vay milliour 

ICI, C’EST  COMME CHEZ VOUS……………………….. Oïchi coy coumo tsa baoutré

ICI, IL N’Y EN A PAS EU BEAUCOUP……………..    Oïchi, n’yo pas otsu bien

ICI NOUS AVONS LE SOLEIL, MAIS IL Y A DU VENT…. Oïchi, obin lou choulel, mé yo     del vin

IL A GRÊLĖ/IL GRÊLAIT……………….…………Gronichabe /o grêla

IL/ELLE A REUSSI A LE CALMER……………..   O rouilchi o lou colma

IL/ELLE ALLAIT BIEN. +Pluriel=Ils/elles……….  Onnabo bien/Onnabou bien

IL/ELLE A MIS LE CHAPEAU…………………… O boutta lou copel     

IL/ELLE ATTENDRA……………………………    Eppèror

IL/ELLE A UN NEZ TOUT NEUF……………….    O ùn na tout nèbé

IL/ELLE A PECHE.................................................    O pecca

IL/ELLE EST CONNU(E)…………………………   E counéu

IL/ELLE EST LA QUI ARRIVE AVEC SON

  JOURNAL………………………………………..... Èje oqui qu’orribo ein chou journal  

IL/ELLE EST MAIGRE COMME UN BATON !.......É magré coumo oun estèlou !

IL/ELLE EST RENTRE  AVANT NOUS AUTRES…Ĕ dintra obon naoutré

IL/ELLE EST REPARTI……………………………  Ĕ tourna porti

IL/ELLE EXPLIQUAIT…………………………………

IL/ELLE FAIT DES COMMENTAIRES A

   CHAQUE IMAGE…………………………….         Fay dè coumintari o cadé imatzé

IL/ELLE N’A PAS ENVIE…………………………… N’o pas embètso

IL/ELLE N’A PAS FINI DE COULER/GOUTTER… A pas féni dé rodza

IL/ELLE NE COMPRENDRA PAS…………………Coumprindro pas

IL NE FAISAIT PAS CHAUD……………………    Fojio pas bien caou

IL NE FAIT PAS TRES BEAU…………………       Fay pas bien brabé

IL/ELLE NE L’AURA PAS FAIT ENCORE/DE SUITE.... J’oouro pas fa inguèré/coché

IL/ELLE LUI MANQUE LE JARDIN………………  Li manquo lou dzordi

IL/ELLE NOUS A EXPLIQUE…………………………….    Nous jo èpplica

IL/ELLE SAUTAIT SUR  LA PORTE POUR SORTIR

  Chooutabo oprès lo porte per chourti

IL/ELLE S’EN VA TOUT SEUL………………….. ………..     Chin bay tout choul

IL/ IL/ELLE SEMBLE BIEN………………………………….   Chèmblo bé

IL/ELLE S’EST CALME UN PEU……………………………...Ché colma ùn paou  

IL/ELLE TOUSSE.......................................................................  Poucco

ILS/ELLES SONT BIEN INSTALLES…………………………Chou bien éttola

ILS/ELLES SONT LAIDS A FAIRE PEUR AVEC LEUR........ Chou lèdé o fa pôour ein loy

ILS/ELLES ME REGARDAIENT.............................................   M’obijâbou

IL FAISAIT UNE CHALEUR DANS CETTE

 CHAMBRE !...............................................................Fojio uno colour din joquèlo cambro !

IL FAIT BEAU……………………………………..  Fay un brabé tin

IL FAIT NUIT DEHORS…………………………… Fay nè défor

IL FAUT DE L’EXPERIENCE…………………….  Cal dé l’éppériencho

IL FAUT FAIRE AVEC ÇA………………………..  Cal fa indo co

IL FAUT TE DEPECHER………………………….  Té cal né coutsa

IL FERA NUIT QUAND NOUS PARTIRONS……  Foro nè quand portiren

IL NE FAUT PAS TE GENER…………………….   Té cal pas té zoïna 

IL NEIGE…………………………………………     Nébétso

IL PLEUT A VERSE……………………………..     Pléou o fay / O vercho

IL EST BIEN TARD DIS ! ....................................     E bé tar dio!

IL EST DEVENU UN BEL HOMME HEIN ?........... È débénu oun bel houmé hé ?

IL ME FAUDRAIT BIEN

  APPRENDRE A LE FAIRE………………………..Mé caudrio bien oprindré o jou fa

IL ME FAUDRAIT Y ALLER RAPIDEMENT AVANT QU’IL NE PLEUVE

 Mé codrio y onna coché, obon qué pléè

IL FAUT QU’ELLE SE REPOSE ET

   QU’ELLE NE FASSE RIEN.. ……………………. Cal qué ché paoujé et  qué fa ré

IL Y A DES CHANSONS…………………………..  Yo dé lo conchou

IL Y EN A ASSEZ ………………………………..     N’yo prou                                                                                                                                            

IL Y A PEUT-ETRE OLIVIA QUI VA VENIR……..Yo bélèou Olivia qué bay béni

IL Y A AUSSI………………………………………. Yo otobé

IL Y A UN PEU QUE JE L’AI……………………    Yo ùn paou qué l’ay

IL Y A UN PEU QU’ELLE BALAYE……………..   Yo ùn paou qué bolatzo

IL Y A BIEN LONGTEMPS……………………….   Yo bien tin

IL Y EN AVAIT UN DERRIERE CHAQUE………. Y obio ùn doriè cadé….

IL N’Y A RIEN A FAIRE………………………        Yo ré o fa

IL N’Y EN A PLUS…………………………………   N’yo may

IL N’Y A PAS DE QUOI ………………………        Yo pas dé qué

Il N’Y EN A PAS BEAUCOUP………………..          N’yo pas gaïré

IL ME FAUT LE REPASSER……………………….  Mé cal l’olija

IL ME FAUT FAIRE CHAUFFER LE FOUR……….. Mé cal fa cooufa lou four

IL NE TE FAUT PAS AVOIR PEUR……………….   Té cal pas obé poou

IL VA Y AVOIR…………………………………….    Bay y obé

IL NE TE FAUT PAS RECULER………………….     Té cal pas rétuila            

IL N’Y A PERSONNE………………………………... Yo déhun

IL FAUT CHERCHER DES IDEES ET LES TROUVER !.. Cal cherca dé lo zidé é lô trouba!

IL TE FAUT ME DIRE QUEL JOUR VOUS

 ALLEZ VENIR…………………………………………Té cal mé diré cal dzour onna véni

IL TE FAUDRAIT TROUVER QUELQUE CHOSE

   QUI SOIT MIEUX………………………………   Té codro trouba quicon qué chiaqué mel

IL FAUDRA BIEN FAIRE AVEC CELUI-LA……. Codro bien fa in dauquel

IL FAUDRA LE FAIRE……………………………. Codro jou fa

IL FAUT Y CROIRE/CROIRE/LE CROIRE……..   Cal y creyré/creyré/cal jou creyré

IL VEUT ALLER SE DESHABILLER……………. Bol onna ché dèppouilla/déjabilla

IL EST LA QUI ATTEND D’ESSAYER DE SE

  LEVER DE SON FAUTEUIL….Ej oqui qu’éppère qu’ochatso dé ché léba dé chul faoutur

IL EST ASSIS…………………………………………………. Èje ochita

IL Y AVAIT UNE  AUTRE FEMME QUI AVAIT ETE OPEREE

 D’UN ŒIL………………………Y obio ùne aoutré fenné qu’obio etta opérado d’ùn el

J’AI ATTENDU LONGTEMPS…………………….  Ay ottindu lountein

J’AI BIEN RECU...............................................        Ay bien réchacu

J’AI BIEN MANGE ET BIEN BU, MAINTENANT , IL

  ME FAUT DIGERER !...............................Ay bien minza é bien béu, oouro, mé cal dédzéri !

J’AI CHAUD………………………………………    Ay colour/Ay caou  (Calès)

J’AI DU TRAVAIL................................................      Ay del trobal

J’AI CUEILLI/JE CUEILLE…………………….      Ay omocha/omochi

J’AI ENCORE CRU VOIR…………………….        Ay inguèro cru beyré

J’AI FROID.............................................................    Ay fré

J’AI LU…………………………………………..     Ay létzi

J’AI LE TEMPS…………………………………      Ay lou tin

J’AI BIEN TOUT FERME ET ETEINT ………….  Ay bien tout borra é ècconti

J’AI ACHETÉ DU PAIN TENDRE………………   Ay croumpa del po tindré 

J’AI FAIT SAUTER LES CREPES……………….  Ay fa choouta lo crèppo

J’AI FAIT DES PATES.............................................Ay fa dé lo paatto

J’AI FAIM………………………………………….  Ay tolan

J’AI FINI MA CUISINE………………………….    Ay féni mo coujino

J’AI LAISSÉ LA PORTE OUVERTE…………       Ay doïcha lo porto druberto

J’AI LAISSÉ M. Ă DEUX HEURES ET JE SUIS

 ALLÉE MANGER…………………….Ay doïcha M. o do jouro é chouil onnado minza

J’AI MANGÉ LA CAJASSE………………           Ay minza lo codzacho

J’AI MIS UN TRICOT PARCE QU’IL NE……….   Ay bouta ùn trico percho qué…

 Faisait pas bien chaud maintenant….             Fojio pas bien colour oouro

J’AI OUBLIE ………………………………………...J’ay ôoublida

J’AI PEUR…………………………………………    Ay poou

J’AI PRESQUE FINI………………………………..  Ay présqué fini

J’AI PRIS DES PHOTOS…………………………..   Ay prè dé loy foto

J’AI PRIS UN RENDEZ-VOUS…………………….  Ay pré un rendez-vous

J’AI RECU UN COUP DE FIL DE TON FILS……    Ay odssu un co de fiol dé toun drolé

J’AI SOIF.................................................................    Ay ché

J’AI SU QU’ELLE AVAIT ETE MALADE...........    Ay choccu qu’obio étta malaoudo

J’AI SU QUE TU AVAIS ETE MALADE………..    Ay choccu qué tièj étta malaoudo

J’AI TOUT ACHEVĖ………………………………    Ay tout_occoba

J’AI TROUVE QUELQUE CHOSE……………         Ay trouba quicon

J’AIME BIEN LA MIQUE…………………………    Aymi bien lo mique

J’AURAI GOÛTER………………………………….  Auray tosta

J’EN AI MON AISE………………………………       T’é n’ay moun ufle/ moun aïjé

J’EN PRENDS UN PEU PLUS…………………..             Né prèni un paou may

JE BOIS………………………………………………        Bèbi

JE COMMENCE A ETRE ENRHUMEE………….           Couminchi d’èttré einrumado

JE CROIS AUX FEES…………………………….            Crèji o loy fé

JE CROIS QU’ELLES EXISTENT ………………            Crèji qu’éjisto

JE CROYAIS QUE TU ĖTAIS EN HAUT……….            Crèjiabi qué éré dé naou

JE DESCENDS/JE MONTE………………………            Dobali, monti

JE LE VEUX BIEN, MAIS JE NE PEUX PAS………..    Jou boli bé, mé podi pas

JE LE LAISSE SUR LE N°2…………………………..     Lou daïchi chul N°2

JE LE POSE ICI…………………………………………  Jou boti oqui

JE LEUR PARLAIS……………………………………..  Lour porlabi

JE L’ACHEVE………………………………………….   L’occabi

JE MARCHE 1 HEURE ALLER ET RETOUR….  Martsi 1 heure aller é un aoutré (é ôoutant) per tourna

JE ME DONNE UN COUP DE PEIGNE………………   Mé donni un co dé pinzé

JE ME CHAUSSE ET JE TE SUIS……………………    Mé caouchi é té chey

JE ME COUCHE COMME LES POULES (plus tôt que…) Mé coïzé (voou ol lè) plus lèou qué lo poule

JE ME DEPECHE DE FAIRE MON TRAVAIL……       Mé côttsi dé fa moun trobal

JE N’AI PAS ENVIE DE PARTIR……………………… N’ay pas imbètso dè porti

JE NE ME SUIS PAS ENCORE PEIGNEE………...        Mé chu pas inguèré pinzénado !

JE NE PEUX PAS M’ARRETER…………………...        Podi pas m’orretta

JE NE PEUX PAS TE LE DIRE………………………… Podi pas jou té diré

JE NE SAIS PAS……………………………………….    Jou chay/chabi pas

JE NE SAIS PAS LA FAIRE COMME MÉMÉ………….Chabi pas lo fa coumo lo Mémé

JE NE SAIS PAS SI JE TE L’AI DEJA DIT…………….  Chabi pas ché t’ay dédza dit

JE NE SAVAIS PAS QU’IL MANGERAIT LA-BAS….  Chobio pas qué minzabo olay

JE NE SAVAIS PAS S’IL FALLAIT……………………  Chobio pas ché colio

JE NE SAIS PAS D’OU ELLES VIENNENT…………….Chay pas d’oun bèno

JE NE SUPPORTE PAS……………………………          Chupporti pas

JE NE TROUVE PAS………………………………….     Jou trobi pas

JE NE SAIS PAS OU IL SE TROUVE……………………Chay pa ou in ché trobé

JE NE SAIS PAS COMMENT L’ECRIRE !…………….. Jou té chay pas coumo cal     l’ècriré !

JE NE SAIS PAS CE QUE JE VAIS FAIRE………           Châbi pas ché qué boou fa

JE NE SAIS PAS QUOI FAIRE………………..                 Chay pas qué fa/qué mé cal fa

JE NE REGRETTE PAS D’Y ETRE ALLEE.....                 Régrètti pas d’y êtré onnado           

JE NE SAIS PAS OU TU EN ES..............................            Chabé pas in dé tiè

JE NE SAIS PAS OU IL EST………………………            Chay pas indé è

JE NE SAIS PAS SI JE T’AI DIT……………………         Chabi pas ché jou t’ay di

JE PRENDRAI CELLE-LA………………………………..Prendray oquèlo

JE RESTERAI PAR-LA……………………………………Démouroray o proquin

JE SUIS ALLEE CHEZ LE COIFFEUR………Chouil onnado tsa lou pentsénaïré/coyfur         

JE SUIS NEE A PINSAC EN 1952……               Chouil noccudo o Pincha. ein milo naou cent cinquanto douil

JE SUIS BIEN CONTENTE QU’ELLE TE PLAISE…..Chouil bien countinté qué té plagé

JE SUIS CONTENTE DE VOIR QUE MES PHOTOS TE PLAISENT…Chouil countinté dé

beyré qué moy fotos té plajou--------------------------------------------------------------------------

JE SUIS EN TRAIN (de le/la faire brûler)…………Chouil intrin dé loy fa croma !

JE SUIS EN TRAIN DE SECOUER LA SALADE…Chouil intrin dè brondi lo cholado

JE SUIS REVENUE DANS LA CHAMBRE……...Chouil tournado din lo cambro

JE SUIS RESTEE PENDANT 2 HEURES..            Chu démourado pindin duo zouro

JE SUIS TRES FATIGUEE………………      Chouil très orédudo/fatigado, dounc énervado !

JE SUIS « ENDORMIE » (« ENSUQUÉE)……      Chouil ochuccado

JE SUIS GOUTEUR…………………………….     Chouil tostaïré

JE SUIS LE CHASSEUR…………………………   Chouil lou cochaïré

JE SUIS PASSÉE/NOUS SOMMES PASSÉS…...   Chu pocha/Chen pochade

JE SUIS ALLEE VOIR…………………………...   Chouil onna beyré

JE T’EMBRASSE FORT………………………….. T’imbrachi fort

JE TE FAIS DES GROS BISOUS …………………Té faou dè gros poutous

JE TE TIENDRAI AU COURANT…………………Té tindray ol courant é forin oco

JE TROUVERAI BIEN QQ CHOSE A FAIRE….. .Trouvéray bien quicon o fa

JE N’AI PAS FAIM………………………………    N’ay pas tolan

JE N’AI RIEN VU ENCORE ....................................N’ay bi inguère

JE N’AVAIS PAS TRES ENVIE…………………...N’obio pas umbétso

JE T’AIDE ?.............................................................. T’odzudi ?

JE T’AIME.................................................................T’aymi plo

JE M’APPELLE………………………………….    M’appèli

J’HABITE A…………………………………….      Démôri à

JE RETOURNE LE VOIR FIN SEPTEMBRE…..   Torni lou beyré o lo fi dé cheptimbré

JE TE DIRAI ÇA UN AUTRE JOUR ………….     Té diray d’oco oun ostré dzour

JE TE LE RENVOIE………………………………. Lou té torni emboya

JE T’ECRIRAI QUAND JE REVIENDRAI…….    T’écriray quand tournora

JE T’ECRIS EN PATOIS, TU ME REPONDRAS EN PATOIS Autrement, je ne t’écrirai plus !......T’écrivi in potoué, mé répoundra en potoué, aoutromin t’écribi pu !!

JE T’ENVOIE /JE VOUS ENVOIE………T’imboye/T’odréchi -Vous emboye/vous odrèchi

JE T’EN ENVOIE QQ UNES DE PLUS………………..      T’in imboye cacouné dé may-----

JE M’EN VAIS DIMANCHE/JE RENTRE……                 M’imboou dimintze/Torné porti

JE N’ENTENDRAI PAS DE LA MME FACON/PAREIL..N’intindray pas del même biail

JE SUIS BIEN CONTENTE QU’ELLE AILLE MIEUX….Chouil bien countinto qué         chiaqué mel

JE VOIS………………………………………………….    Béji

JE L’AI REUSSI…………………………………………    L’ay rouïchi

JE L’AI ECHAPPE/ATTRAPPE……………………           L’ay éccopado/ottropado                    

JE L’AI HUMECTE APRES-MIDI ET IL ME

  FAUT LE REPASSER CE SOIR…J’ay humecta opré-métzour é mé cal j’olija oqué té cher

JE COMMENCAIS A M’ENERVER…………………...    Couminchabi o m’énerva

JE CROIS QUE CA Y EST…………………………….      Crèji qué coli

« JE TE MELANGE TOUT  ÇA »………………………    Té boulèï tout oco

JE VIENS DE VOIR TES PHOTOS…………………..       Bèni dé beyré toy foto

JE VIENS TE DONNER DES NOUVELLES……………  Bèni té douna des nouvelles    

JE COMPRENDS TOUT…………………………………   Jou coumprèni tout

JE SECOUE LA BRANCHE…………………………..       Brondiché lo brocco

JE LA SECOUE/SECOUE - LA………………………        Lo brondiché/brondi lo

J’ESPERE QUE TU VAS ME REPONDRE.................        Eppèri qué ba mé réppoundré

JE  SOUHAITE QU’IL/ELLE AILLE

  MIEUX BIENTOT.......................................................       Eppéri qué chiaqué mél bien lèou

JE TROUVERAI BIEN QUELQUE CHOSE A FAIRE….. Trouveray bé quicon o fa

JE T’AI DIT QUE L’EPICERIE VA ROUVRIR ?...T’ay di qué l’épichorio vay ché drubi ? 

JE VAIS ALLER CHEZ LE MEDECIN……………….     Boou onna tsa l’médéchi

JE VAIS ALLER ETENDRE MON LINGE/ LA LESSIVE….. Boou onna éccompa moun    lindzé/ lo buado

JE VAIS TREMPER LA SOUPE …………                        Voy trimpa lo choupo

JE VAIS LUI PORTER LA SOUPE AU LIT…..                Boou li pourta lo choupo o lè

JE VAIS TOUTES LES ECRIRE DANS UN CAHIER      Voy toutsé loy éscriré din oun        cohier

JE VAIS TE SOUHAITER UNE BONNE NUIT …            Boou té chouetta uno bouno né

JE VAIS BIEN…………………………….                          You vay bien

JE VAIS ME COUCHER……………………                      Mé voy tsayré

JE VAIS CHEZ L’AUTRE……………………….              Voou tsa l’aoutré

JE VAIS CONTINUER MES AFFAIRES…..                      Boou countinua mo joffa 

JE VAIS OUVRIR LE PORTAIL………..                           Boou durbi lou portal

JE VAIS FAIRE CUIRE UN POULET…………………..  Boou fa cojé ùn poulé

JE VAIS LIRE OU REGARDER LA TELE………            Boou létsi ou obija lo télé

JE VAIS REMUER MA SAUCE TOMATE…………..   Boou bouléa mo chalcho dé toumate

JE VAIS LUI DIRE QU’IL VIENNE NOUS

   PRENDRE EN PHOTO……………………    Boou lou diré qué bingué nous prénè in foto

JE VENAIS JUSTE DE……………………….                    Bénio justé dé…

JE VOUS ECRIS………………………………………….  Vous éccribi

JE VOUS FAIS DE GROS BAISERS…………………..    Bou foou dè poutous

J’ALLUME ?..........................................................................Ollumi ?

J’ESPERE QUE CA S’ARRANGERA.............................     Eppèri qué s’adobé

J’ESPERE QUE DEMAIN IL FERA BEAU.......................  Eppéri qué démo foro brabé

J’ETEINS ¿.............................................................................Èccontichi ¿

J’Y COMPTE BIEN...........................................................    L’y compti bien

L’AUTRE JOUR................................................................. L’aoutré dzour

LA FAMILLE EST BIEN INSTALLEE.............................Lo famillo è bien éttolado

LA FEMME NOUS A RACONTE SA VIE ¡............ Lo fènno nous jo racountado cho bito

LA BREBIS......................................................................... L’ouillo (Pinsac)-lo fèdo (Calès)

LA PREMIERE SOLUTION............................................... Lo prémière choluchïou

LA TABLE EST MISE……………………………………Lo tablo è métudo

LA SOUPE DE FEVES EST CHAUDE !.......................    Lo choupo dès fabres è caoudo !

L’EAU BOUT……………………………. …………….   L’ayo bul

LE CHAT EN SAUTANT AVAIT POUSSE LA CHAINE DE SECURITE ET LA PORTE              ETAIT FERMEE !....Lo cotou ein choutin obio poucha lou codène dé sécurité é lo porte éro borrade !

LE CHAT FAIT DES SCENES……………………………Lou cotou fay dé loy chèouno

LE CHIEN A FAIT SA PROMENADE…………………   Lou tsé o fa chou perménado

LE LOUP…………………………………………………  Lou lou !!!

LE MAÏS…………………………………………………..Lou bla d’Eppagne

LE PAIN N’EST PAS LEVÉ…………………………….  Lou po n’è_pas conillia

LE SEL ET LE POIVRE…………………………………  Lou chal é lou pèbré

LE TEMPS DEVIENT NOIR…………………………      Lou tein bein nègre

LE SOLEIL S’EST CACHE……………………………..  Lou choulel ché tutzo/échtudza  

LE DIABLE ME BRULE !..............................................   (Lou) Diablo mé cramé  (oh !)

LE DOS ME FAIT MAL……………………………..       L’èkino mé fay mal

LAQUELLE ON VA CHOISIR ?......................................  Loquello onen côouji ?

LE PAYS ( la région) EST BEAU……………………… Lou pohi è brabé

LE TROU DU CUL (oh !)…………………….. ………….Lou traou del tioul !

LES DEUX OU TROIS JUPONS…………………………Loy douil o tré tsupou

LES JEUNES FEMMES…………………………………  Fantouno

LES GENS QUI SE PROMENAIENT, S’ARRETAIENT

 POUR LE VOIR……………Lou moundé qué ché perménabo, ch’orètabou per lou beyré

LES JOURS PASSENT VITE………………………….    Louil dzour pochan visté

LES PARENTS NE DOIVENT PAS ETRE CONTENTS. Lou porin débou pas estré countin

LES PHOTOS ONT ETE PRISES……………………..    Loy foto o esta prise

LAISSE-MOI FAIRE CE QUE JE VEUX……………..    Daïcho mé fa cho qué boli

MAINTENANT IL Y EN A UNE SUR

 LE BUFFET….Oouro (Pinsac)- Garo (Calès)……………Oouro, nyo une chul l’ormari

MAINTENANT, JE SUIS EN TRAIN DE FAIRE

 CUIRE LES TOMATES…………………………Oouro, chouil intrin dé fa cojé lo toumate

MAMAN DESCEND……………………………………   Moma doballo

MANGEONS UN PETIT PEU………………………..      Minzèn ùn bouchi

MA SOUPE N’EST PAS ASSEZ CUITE……………….  Mo choupo n’è pas prou quètso

MEME SI NOUS NOUS ECRIVONS QUE DE

 TEMPS EN TEMPS………………………  Même ché nous éccriber dé tein zein tein

MES YEUX ME FONT MAL………………………….     Mo jel mé fa mal

METS-LUI SA CHAUSSURE………………………….    Botto-li cho côouchure

METS-LE/LA ICI……………………………………..      Botto- jou oqui

METS-Y L’ENTONNOIR !..........................................       Botto-li l’einfournil !

MERCI BEAUCOUP ………………………………….    Merchi plo

MILLE DIEUX ! IL EST CINQ HEURES ET DEMIE… Milodïou ! è chinq houro è mètzo

MORD-LE/LA .PIQUE-LE/LA…………………………   Gaffo-lou/lo – Piquo-lou/lo  

MIDI MOINS LE QUART……………..       Mètzouro manquo ùn quart

MIDI MOINS DIX……………………..        Mètzouro manquo dè minutes

MON CHAT EST LĂ QUI SE LECHE………………….Moun cotou èj oqui qué ché lèppo

MON PERE NE REPONDAIT PAS QUAND MA MERE DEMANDAIT DES DETAILS

 ………… Moun païré répoundio pas quand mo maïré domondabo déou détails.

MON GATEAU EST REUSSI…………………………. Moun tourtel è rouïchi

NE DEMOLIS/DETRUIS PAS TES AFFAIRES……    Déboyllio pas tou joffa

NE VOUS SAOULEZ PAS AVEC LE VIN ROUGE !  Vous pinta pas ein lou bi rouja !

NETTOIE CETTE TOILE/NAPPE………………….  Nèttètzé oquelle tiole

NOUS  ALLONS ARRIVER A NOEL………………Onen orriba o Nodal

NOUS ALLONS ALLER JUSQUE LA……………   Onen onna dzuco lay

NOUS AVONS ATTENDU JUSQU’Ă………………Oben ottindu dzuco           

NOUS AVONS ENTENDU………………………….Oben intindu

NOUS AVONS UN BEAU TEMPS…………………Oben al brabé tein

NOUS FAISONS PAS MAL DE SORTIES…………Fojen pas mal dé chortide

NOUS AVONS ATTENDU LONGTEMPS QUE

 LE MEDECIN VIENNE………………. Oben éppéru bien tein qué lou médéchi beingue

NOUS AVONS BIEN FAIT LA FETE………..      Oben bien fa lo botte

NOUS AVONS FAIT UNE BONNE LECON…    Oben fa uno bouno leïchou

NOUS BOIRONS LE CHAMPAGNE…………     Béourin lou champagne

NOUS NOUS SOMMES LEVES A 5H…………   Nou chen lèba o chinq_houro 

NOUS SOMMES BIEN OBLIGES DE

  Faire comme ça……………………………….      Chen bien aoublija dé fa coumo co

NOUS PARTONS FAIRE DES COURSES….        Portin fa dé lo courso

NOUS PASSONS DE BONS MOMENTS……..     Pochen dé boun moumin

NOUS POURRIONS CONTINUER …………..      Pourian continua

NOUS Y SOMMES…………………………….      Ly chen

NOTRE COUSIN/COUSINE ……………………   Nostré coujine n’aïmo pas lou jolives

N’EN REVE PAS…………………………………  N’é raïllo pas

ON VA ESSAYER……………………………………… Onnen ochotza

ON VA FAIRE LE REPAS……………………………..  Onnen fa l’épperti

ON POURRAIT LEUR DIRE QU’ON PASSERAIT

  LUI DIRE BONJOUR……………………  Pouirien lour diré qué pochorin lui diré bonjour

ON DIRAIT QUE ÇA VIENT………………………… N’en dirio qué co bé

ON DIRAIT QUE C’EST MA SŒUR QUI PARLE….. N’en dirio qué coy mo chauré qué     parlé

ON FAIT COMME ON PEUT........................................ Fojin coummo poudin

OŬ IL EST MON MANTEAU ?................................      Indé moun montel ?

 OŬ C’EST ÇA ? (OU EST-CE ?)……………………     Ein coy oco ?

OŬ TU EN ES (de ton balayage) ?.............................       Ein né tyé (dé to bolatso) ?

OŬ TU VAS ?...............................................................    Ein ba ?

OU SONT-ILS/ELLES ?…………………………….    Oun chou ?    

OUVRE-MOI LA PORTE……………………………   Drèmé lo porto

OUVRE-MOI L’EAU…………………………………  Drèmé l’aillo

OUI, IL LE FAUDRAIT…………………………….     Bé jou codrio

PARCE QUE A LA MAISON PERSONNE

  N’EN VOULAIT………………………………..Percho qué o lo mayzou déhun n’é bouillio

PENDANT QUE MON PERE DORMIRA…….   Pindin qué moun païré durmiro                                                                                                

PERSONNE N’A TELEPHONE………………    Déhun n’a téléfouna

POUR CHANGER UN PEU……………………. Per condza un paou 

POUR LA BONNE RAISON …………………    Per lo brabé réjoun

POUR LEUR MONTRER……………………..    Per louil mountra

POUR NOUS RECHAUFFER………………….  Per nous récolfa

POUR REPONDRE A TA QUESTION……….    Per réppoundre o to questiïou

PEUX-TU M’ENVOYER LE PAPIER SI TU L’AS ENCORE ?...... Podé m’imbouya lou

popier ché l’a toutzours ?

POURQUOI TU MIAULES PAUVRE CHAT ?....Qué miaouné paouvré cate ?

QUAND J’AURAI D’AUTRES NOUVELLES……..Quan_oray d’aoutré nouvelles

QUAND TU LE SAURAS, TU ME LE DIRAS……..Quan jou chooura, jou mé dira

QUAND IL IRA A LA CHASSE……………………. Quan oniro o lo cacho

QUAND JE LE SAURAI, JE TE LE DIRAI…………Quan jou choouray, jou té diray

QUAND ELLE EST RENTREE……………………   Quand è tournade

QUAND ELLE SERA PROPRE……………………. Quand chéro propré

QUAND ELLES SERONT FINIES, NOUS PARTIRONS… Con chèroou fénido, portirin

QUAND NOUS N’Y SERONS PLUS……………..   Quand l’y chérin plus

QUAND NOUS RENTRERONS………………….    Con tournorin

QUAND ON PEUT, IL FAUT EN PROFITER……   Quand n’en po, cal né proufita                                                                                

QUE TU ES COUILLE ! (oh !) ……….......................Qué tié couille!

QUE TU ES NIAISE !................................................. Qué tié nièche !

QUE TU ES TÊTUE !................................................. Qué tié cachèque !

QUE TU M’AGASSES !............................................Qué m’ogache !

QUE TU ES GENTILLE ………………………….. Qué tiè dzontillo

QUEL AGE AVEZ-VOUS ¿ ..................................... Cal atsé obé ¿

QUEL MALHEUR ¡.................................................   Cal malur ¡

QUELLE COURGE ¡................................................. Calo coutso ¡

QUELLE VIE ¡..........................................................  Calo bito ¡

QUEL BALOT ¡..........................................................Cal balour ¡

QUEL BETASSOU/BETE..........................................Cal bétiourla. Cal oliman ¡

QUE NOUS AVONS ……………………………..   Qu’avem

QUEL BORDEL !  (oh !)............................................Cal bourdel !

QUI SAIT ?.................................................................Cal coy/cal cha ?

QU’AS-TU FAIT CETTE APRES-MIDI ?..............  Qu’a fa oquesté opré-metzour ?

QU’AVEZ-VOUS FAIT CETTE APRES-MIDI ?......Qu’avé fa «  « «  « « « « « « 

QU’EST-CE QUE J’EN SAIS ?...................................Qué té chobo ?

QU’EST-CE QUE TU AS ?........................................ Qué a ?   

QU’EST-CE QU’IL Y A ?  ……................................ Qué yo ?

QU’ILS SONT BEAUX !.........................................   Qué chou brabé !

QU’EST-CE QUE C’EST ?...................................      Qu’es aco ?

QU’EST-CE QUE TU M’AS DIT ?.......................     Qué m’a dit ?

QU’EST-CE QUE TU ATTENDS POUR ENCAISSER MON CHEQUE ?..Qu’èppèré per fa incoïcha moun chèque ?**************************************

QU’EST-CE QU’ILS Y METTENT DEDANS ?.........Qué l’y bottou dédin ?

RAPPELLE-NOUS ET A CE SOIR…………………. Roppèlo-nous é au quété cher

REGARDE LES PHOTOS………………………….   Obijé loy foto

REGARDE LE CORBEAU…………………………   Obijé lou courtobal

RENTRE ÇA !.(grand dégoûtant....)............................  Dintro co !

REVIENS-Y/RETOURNES-Y......................................Torno-li

RIEN DE NOUVEAU/NEUF……………………. …..Ré dé nouvel

SEPT HEURES MOINS CINQ……………………… Chet ouro manqo chinq

SECOUE LE PRUNIER POUR FAIRE

 TOMBER LES PRUNES ET LES RAMASSER…Brondi lou prunier per fa toumba lô pruno     é lo jomocha

SI TU POUVAIS ME FAIRE ÇA………………..       Ché poudioï mé fa occo

SI TU VEUX REPASSER, TU PEUX LE FAIRE..     Ché bolé olija, podé jou fa

SIX HEURES MOINS LE QUART ARRIVE……...   Chiè zouro min lou quart orribe

SORS-TOI DE LĂ QUE JE M’Y METTE……….      Tiro-té d’oqui qué l’y mé botti

S’ILS ONT DE LA PLUIE, TANT PIS POUR EUX !... Ché oou dé lo plètzo, tant pis per   éyché

TACHE DE BIEN ALLER……………………………Tatso dé bien onna                  

TANT MIEUX !.........................................................    Tant mel !

TON FILS ETAIT CONTENT DE LA CHASSE ?..... Toun drôle éro coutin dé lo cacho ?

TOUTES LES OIES AVAIENT LES YEUX BLEUS. Touto  lo jaouquo obio lou jel blou

TU AS FINI DE ME MORDRE ?................................  A féni dé mé goffa ?

TU AS GOUTE SI ELLE ETAIT ASSEZ SALEE ?...  A tosta chèro prou cholado ?

TU AS BIEN FAIT.......................................................  A bien fa

TU AS PEUR QU’IL Y AIT QUELQU’UN ?........        A pôou qué aïtsé caoucun ?

TU CONNAIS CE VILLAGE ?..................................    Counaiché oquel villatsé ?

TU EN AS PARLE ?.................................................    N’a porla ?

TU LA SORTIRAS………………………………….. Lo chourtira

TU L’AS ACHETE ? ………………………………   Lo croumpa ?

TU L’AS SECOUE ?................................................... J’a brondi ?

TU LA SECOUERAS……………………………….. L’o brondira

TU AS EU RAISON DE LE FAIRE ………………   A otsu rojou dé jou fa

TU AURAIS DU LA PRENDRE DE PLUS PRES…..Aurio corgu lo prèni de + près

TU LA VEUX LA MOITIÉ ?....................................    Lé bolé lo méïta ?

TU L’AS VU ? / TU NE L’AS PAS VU……………  L’a bi ? / L’a pas bi

TU NE M’AS PAS REPONDU !.......................... ….  M’a pas réppondu !

TU N’EN N’AS PAS ENVOYE EN CE MOMENT.. N’a pas imboya oquel momin

TU ES TETUE COMME UNE BOURRIQUE……    Tiè cachècco coumo uno chaoumo

TU ME DIRAS CE QUE TU EN PENSES……….      Mé dira qué né pinché

TU ME FAIS BAILLER..........................................     Mé fa bodoya

TU ME L’AS DEJA DIT…………………………..     Jou m’a dédza di

TU ME DIRAS CE QUE TU EN PENSES………..     Tu mé dira cho qué né pinché

TU N’AS PAS FINI DE RÂLER !........................        A pas féni dè rrrôcla !

TU N’AS PAS FINI DE « MIAULER » !................     A pas féni dé mioouna !

TU N’AS PAS FINI DE BOIRE !................................  N’a pas féni dé béouré !

TU N’Y ETAIS PAS/JE N’Y ETAIS PAS…………… Yèré pas/Yèri pas

TU VERRAS BIEN CE QUE TU POURRAS FAIRE..... Beyra bé cho qué pouira fa                         

TU AS ENTENDU LA NOUVELLE ?........................      A intindu lo nouvello ?

TU M’ENVERRAS UNE RÉPONSE ?........................      M’imboyoura uno répouncho ?

TU PEUX M’APPELER QUAND TU VEUX…………    Mé podé oppéla con volé

TU PEUX UTILISER/TE SERVIR……………………… Podé utilija/té cherbi

TU TROUVERAS QQ PHOTOS DE PLUS…………..     Troubora caouqué fotos dé may

TU EN AURAS APPRIS QUELQUES UNES………..      N’aourra opré quaouquo jun

TU VAS ME LAISSER……………………………….       Va mé doïcha

TU VAS TE TAIRE !.....................................................       Bay té taïjé !

TU AS ENTENDU L’ANGELUS ?....................................  J’intindi l’onzel/l’onzéli(Calès) ?     

S’IL SE FOUTAIT PARTERRE, IL FAUDRAIT LE RAMASSER ( !)… Chi ché foutio pel     terré, codrio l’omocha !                                                                                                            

SI JE TE LE DIS, C’EST QUE C’EST COMME CA….Ché jou té diji, coy qué coy oïtal

SI TU POUVAIS ME FAIRE ÇA…………………….   Ché poudio mé fa oco

SI JE VOUS EMBETE, IL FAUT ME LE DIRE……..   Ché bou jimbesti, bou cal jou mé diré

SI ELLE VEUT, ELLE PEUT LUI DIRE QU’ELLE

 VIENT DE MA PART………………………………….Ché bol, poô li diré qué bé de mo par

TIENS-TOI / TENEZ-VOUS FIERS(en bonne santé)…….. Tè-té fier / Téné bouil fier

TU REPETES TOUJOURS LA MEME CHOSE …………Réppapio toudzour poriè !

TACHES DE BIEN DORMIR…………………………..    Tatso dé bien durmi

TU PEUX M’APPELER QUAND TU VEUX…………..    Podé m’opella quand bolé

TU DOIS ÊTRE CONTENTE……………………………   Débé estré countinto

TU NE SAIS PAS CHERCHER…………………………    Chabé pas cherca

TU VEUX UNE CLAQUE ?..............................................    Bolé un bourmal ?

TOUT DE SUITE………………………………………….. Coché

UN PEU CHACUN ………………………………………. Un paou cadun

UN GATEAU AUX NOIX……..Oun tourtel ol cocal (Pinsac)/Ol roccal (Calès)

VAS-T’EN TE PROMENER…………………                  Bay-t’ein té potchétsa  (té perména)

VAS-T’EN / FOUT-MOI LE CAMP !.............................  Bay-t’ein / Fou-mé lou can ! 

VA-T’EN CHERCHER LE VIN ! ………….                   Bay-t’in quère lou bi

VENEZ, NOUS ALLONS FAIRE DES PHOTOS……... Bénè, onnen fa dé loy foto

VIENS M’AIDER UN PEU………………………..         Bèné m’odjuda un paou

VIENS ICI QUE JE NE T’ECHAPPE PAS (le chat) !....... Bèné oïchi qué t’écappi pas

VIENS TE COUCHER…………………………….         Béné té couïza

VOILA LES PHOTOS QUE J’AI PRISES……………    Oqui loy fotos qu’ay pré

VOILA QUELQUES PHOTOS QUE J’AI PRISES L’AUTRE JOUR… Oqui caouco

  fotos què prèjo l’aoutré dzour                                                                                           

VOUS N’AVEZ PAS FINI DE PARLER ! ……………  Obé pas féni dé tsopa !

«QUAND LA NEIGE RESTE, ON DIT QU’ON EN ATTEND D’AUTRE »

 Quand lo néou démoro, n’en di qué n’éperra mal.

« JEUNE QUI VEILLE ET VIEUX QUI DORT, SONT TOUS DEUX BIEN PRES DE LA MORT »….. Djéouno qué billo et bieil qué der, chou touil douil bien pré dé lo mort !

« ARC-EN-CIEL DU SOIR, METS LE BOUVIER EN DEVOIR »

Orcano del cher mè lou bouvier en déber.

« ARC-EN-CIEL DU MATIN, LA PLUIE EST EN CHEMIN »

Orcano del moti, lo plètso è pè comi.

“VENT D’AUTAN LE MATIN, LA PLUIE EST EN CHEMIN”

Aouto del moti, lo plètso è pel comi.

“VENT D’AUTAN DU JOUR, DURE 9 JOURS”

Aouto del tzour, duro naou tzours.

“VENT D’AUTAN DE LA NUIT, DURE 1 JOUR ½ “

Aouto dé la nè, duro un tzour é mè.

“NEIGE DE FEVRIER VAUT UN TAS DE FUMIER”

Néou dé février, bal un fémourier.

« QUAND ON NE TRAVAILLERA PLUS LES LENDEMAINS DE FÊTE, LA FATIGUE SERA VAINCUE » !

Quand troboilliorin lou lindémo dé lo botto, lo fatiguo chèro vincudo ! (coy buerta !)

 

Gignac terre d'oc

NOSTRA LENGA
 


A Gignac, on parlait – on parle encore – la langue d’oc, nostra lenga. Le rattachement à la France en 1738 n’a pas totalement mis fin à la langue locale. Faut-il rappeler que l’occitan n’est pas un patois, mais une langue véritable ?

Définition du mot patois donnée par le Dictionnaire Robert : " Parler, le dialecte local employé par une population généralement peu nombreuse, souvent rurale et dont la culture, le niveau de civilisation sont jugés comme inférieurs à ceux du milieu environnant ( qui emploie la langue commune ) ".

En ce qui concerne Gignac, situé au point de rencontre de trois dialectes d’une même langue : Haut Languedocien, parler du Bas-Limousin et Périgourdin, on trouvera bien évidemment des mots appartenant à l’un ou à l’autre de ces trois dialectes. Les frontières linguistiques ne sont pas hermétiques : les échanges commerciaux et les mariages ont créé chez nous un occitan métissé qui se rapproche tantôt du Limousin, tantôt du Languedocien, tantôt du Périgourdin. La limite entre les dialectes Haut Languedocien et Limousin passe tout près de Gignac, à Estivals et Nespouls ( Corrèze). Au-dessus d'Estivals, on dit : la vacha, au-dessous, on dit : la vaca. 


Les notaires, dès le XVIe siècle, à la suite de l’ordonnance de Villers-Cotterets de 1539 qui imposait l’usage exclusif du français dans les actes officiels, ont rédigé leurs actes en langue d’oïl et ont francisé les noms de lieux. Ainsi la langue d’oc était réduite au rang de simple langue vernaculaire.

Il n’empêche que l’occitan reste une langue vivante et parlée par l’immense majorité de la population méridionale jusqu’à une date très récente.
Le développement de la scolarisation dès la fin du XIX
e siècle, les méthodes coercitives qui furent alors employées afin d’extirper cette langue appelée péjorativement patois, la diffusion de la presse écrite en langue française, puis audio-visuelle, ont contribué à l’acculturation occitane. Malgré des siècles de répression, cette langue, notre langue, n’est pas encore morte. Et c’est bien là un véritable paradoxe : on assiste à un essor considérable de cette langue dans l’enseignement, dans la littérature, dans le monde de la chanson, à la télévision même. Gignac est une terre d'Oc.
Mistral disait, avec raison, que " La langue, c'est la clef ", le véhicule de toute une culture.
La langue locale a été une langue noble jusqu'au XVI
e siècle, avec une littérature florissante, celle des Troubadours, dont l'un d'eux, Pierre Pélissier, clerc de notaire à Martel, devint bailli de la Vicomté de Turenne.
Depuis quelques années on assiste à une tentative de renaissance et on peut parler de renouveau occitan.
De nombreuses nuances contenues dans la langue d’oc sont intraduisibles dans la langue française. C’est la raison pour laquelle les Anciens de Gignac ponctuent leur français d’expressions occitanes, quelquefois francisées. Il s’agit d’occitanismes incompris par les Français venus d’autres régions surtout du nord.


En voici quelques exemples :

Para-me !« Ouvre bien le sac pour que je puisse le remplir ». D’où l’expression Gignacoise parer un sac.
Es dins aquò nòstre. Il est dans ça nôtre.

Le passé surcomposé est une caractéristique de l’occitan : Quand il a eu bu…

 


Quelques règles qui vous permettront de lire correctement les textes occitans retranscrits dans les pages suivantes.
 
La langue classique, celle du XI
e au XVe siècle, était écrite de façon cohérente.
Voici un exemple. Le son-voyelle du français ou est en fait une voyelle unique, notée par une lettre unique en ancien languedocien : o, tout comme en espagnol ou en italien u, et en portugais o.
Mais cette orthographe a progressivement disparu parce qu’on a pris l’habitude d’écrire l’occitan au moyen du système graphique du français, un système qui était inadapté. Depuis 1895, sous l’influence de personnalités comme Joseph Roux ou Louis Alibert, il y a eu un retour à la graphie classique.
En français il existe 16 sons-voyelles ( 15 à Paris ) et aucune diphtongue. En occitan, nous avons dix sons-voyelles et de très nombreuses diphtongues, et même des triphtongues. On ne retrouve pas en occitan les voyelles nasalisées du français.

Voici quelques règles de base élémentaires qui faciliteront la lecture des mots occitans.

1. Les voyelles :

Graphie

Prononciation

Équivalent français

a

a

En début ou milieu de mot : pastural

Un bras

à

a

Accentué. Finàs, finassa

bras

a

o

En fin de mot : Aubuga

fol

e

é

Lo caire

pré

é

é

Genésta

pré

è

è

Lo ròc lobatièr

lait

o

ou

Lo ròc lobatièr

loup

ò

o

Lo ròc

Un roc

i

i

Bastidor

il

u

u

Agulhada

vu

2. Les diphtongues ( pas d’équivalent en français ) :

Chaque voyelle garde le son normal. Le premier élément est plus accentué que le second. Les diphtongues se prononcent d’une seule émission de voix.

Graphie Prononciation Exemples
ai Lo caire
ei éï Comba peirosa
èi èï
òi La jòia
oi ouï Boisson
òu ow Nòu (neuf)
au aw Lo claus
eu ew Lo Lac deus buèus
ue we Uech (huit)
ie La faugièra
ion iw La comba prionda
iu iw Lo riu, l’iule


3. Les consonnes :

Les lettres k, w, y n’existent pas.
Les lettres b, c, d, f, l, p, q, t, v, x, se prononcent comme en français.

Graphie Prononciation Exemples Remarques
g, j dz Lo jorn
ç ch chaçar en milieu de mot
s initial ch sorça
s entre 2 voyelles j peirosa entre 2 voyelles
m n lo rasim
n muet en fin de mot la man
r muet en fin de mot menar
lh ill filha
nh gn Montanhac
ch ts Chanabal
mn nn La femna


4. Accentuation :

1) Mots terminés par une voyelle :
l’accent porte sur l’avant-dernière syllabe : la filha.

2) Mots terminés par une consonne, prononcée ou non :
l’accent porte sur la dernière syllabe (l’ivern).

3) Mots terminés par une diphtongue :
l’accent porte sur le premier élément de la diphtongue ( lo solelh ).

Dans les autres cas, l'accent tonique est marqué par un accent écrit ( grave ou aigu ) : avià: j'avais.



 
G. terre d'oc - Histoires de chez nous

Setz un grand medecin
Lo medecin M

Pan! Pan! Quauqu'un tustet a la porta d'entrada. Monsur Muzac respondet per una rondinada. Ne sui pas ben segur, mas cresi que diguet lo mot que Cambrona aus Anglés respondet. Se leva tot parier, engulhet sas culotas, vestiget son gilet, e prenguet sa calota e virant una affar per li veire pus clar, s'en anguet damandar qu tustava tan tard.
Dubriguet. Dins lo vent e la plueja un pauvre òme attendiá, trempat coma un canard.
-Si setz vengut me querre per aquel brave temps, quò es pas per una onglada ni per un mal de dent?
-Oh non! Monsur, quò es per nostra femna que dumpeis ier matin extira la codena. Se planha a tot moment que lo ventre li dòl, e de l'auvir credar vos fariá venir fòl. Vos auriatz plan espargnat, monsur, aquela permenada, mas si venetz pas d'anuèch, deman, monsur, sirá crebada.
-Oh, quò es per un accochament !
-Oh non, monsur, non, non, non! I auguet mas sieis mes la setmana passada que ma paura Marie e ieu nos maridavam.
-Bon!
Partigueren tot doi sos l'aiga què tombava. L'autò coma lo vent dins los camins ronflava.
-Quo es aqui emb d'aquela maison d'onte que vesetz la lumiera pel fenestron.
Entreren.
Coma si lo diable l'escorjava, gafent son mochador, una femna crevada disiá:
-Li tiendrai pus, passerai pas la nuèch!
Mas monsur Muzac que n'aviá pas la cassida diguet :
-Quò sirá ren e siretz leu garida! Duoi credadas de mai e tot sirá finit. Preparatz çò que cal per vestir lo petit !
-He, mas, he mas, balbutiet lo paure òme que beviá duos dèts de rhum, vos ai dejà dich que li compreni ren, que sem maridats de mas dempueis sieis mes.
-Oh, si savetz pas, paure òme, que quò es lo renovel que es la causa d'aquò, cal estre plan padèla. Alonjatz cada jorn de duos oras de mai, una matin e ser, al luec de balbutiar, evidentament si portatz pas las banas. Comptatz ben quand quò fai de jorns e de setmanas.
-Avetz rason, monsur, setz un grand medecin.
La femna disiá ren, mas emb los uels "Merci!" Defòra pleviá pus, lo solelh se levava. Eram al mes d'abriál e lo cocut cantava.

Traduction :

LO LOP E LO RENARD
Conte de chez nous


S'eran associats per trabalhar una vinha. trabalhavan una vinha a mieja. Mas n'avian ren a minjar. Un diguèt : "Debriam achaptar un tesson."Ço que fuguet dich fuguèt fach.  Achaptan aquel tesson,lo tuan e lo botan salar. Minjavan aquel tesson tots los jorns e anavan foire aquela vinha al bigose. Endonc qu ò bricolava pas. Lo renard, que era pus fin que lo lop, totjorn auviá quauqu'un que l'apelava : "Pleti,pleti ! , respondiá, s'en anava per veire qui qu'era que l'apelava. D'aquel temps, lo gojat minjava; minjava un talhon de tesson. Quand tornava,lo lop li disiá:
‑Que qu'era que te voliá ?
‑O‑be, ço ditz, qu'era un tipe que voliáme donar una còpa de bosc a copar, mas podiam pas la copar perque aviam pro de trabalh emb aquela vinha !
Lo lendeman, quò tornet far: "Pleti,pleti "E lo gojat tornava veire.
  Aprep, lo lop li diguet :
  ‑ Mas que te voliá?     
  ‑E,ço ditz, quò es totjorn parier,me voliá donar un prat a copar a mieja. Podem pas,avem pro de trabalh emb aquela vinha.
Quauques jorns aprep,lo tesson fuguet espuisát. I aguet pus de tesson dins lo salador.
  ‑E qui quo es que l'a minjat ?
‑ Quò es tu!
- Quò es pas ieu.
Degun l'aviá minjat, e i aviá pus de tesson, quauqu'un l'aviá ben minjat. Lo lop li diguet :
  ‑I a ben una solucion, anam pincar una forcha dins la terra, lo mangle dins la terra e las banas pel aire e anam tressautar. Lo que la tressauterá quò sirá ben signe que n'aura pas minjat lo tesson, si n'i a un que passa pas, quò sirá aquel d'aqui que aurá minjat lo tesson
Lo renard commencet a lambar lo prumier, mas lambet tres mestres sur la forcha. Passet de l'autre pan. Lo lop volguet ben lambar, mas se pincet lo ventre sur la forcha.
  ‑ A, veses, diguet lo renard, quò es tu que aviás minjat lo tesson.
  E el que n'aviá pas gostat o gaire !
  Vesetz las istorias coma se passan ! Quò fuguet lo lop que aget minjat lo tesson, el que n'aviá gaire minjat.


La langue d'Oc et ses variantes :
de Clermont-Ferrand à Marseille et de Toulouse à Valence, c'est toujours la langue d'Oc


 
Le parler du Sud Ouest
 
Langage vraiment local :
Terre de la sigle : la terre où on cultive le seigle, de l'occitan segle ( céréale ). Sans doute s'agissait-il d'un terrain favorable à la culture de cette céréale. Etym. L. secale
Terre de la croix : traduction française sans problème particulier. Les croix, comme les annexes de la ferme, ont beaucoup servi de points de repère.
Terre des bos : la terre des bois. Voir bos.
Terre des pauvres, ES 1913 ( parcelle C 478 ), de l'occitan la terra deus paures ( la terre réservée aux indigents ). Ce terrain est situé tout près des Genestes à G. en Q. Etym. L. terre et pauper. 
Terre rouge, terre fonge : ES 1830, près des Genestes. De l'occitan la terre fonza ( la terre profonde ). Peut-être un bas-fonds. Etym. L. fundus.
Terre rouge : près du Placeret. Ailleurs la terre paraît noire, là elle se rapproche du rouge. De l'occitan roge, -ja. Etym. L. rubeus.
Terres vieilles : De l'occitan Las terras vièlhas. Etyl. L. terra/vetulus.
Tessilhac, Thezillac ( 1784 ), Thesillac ( PC 1830 ), lieu probable d'une villa au centre d'un fundus. le suffixe -ac vient du gallo-romain -acum et signifie le domaine de. Il s'agirait donc d'un nom de personnage. A l'époque gallo-romaine, le territoire communal aurait donc appartenu à au moins quatre propriétaires différents. Il y aurait eu le domaine de Gignac ( près de 1200 hectares ), le domaine de Montagnac, le domaine de Tessilhac et le domaine de Madrange ( St Bonnet ). Il est possible qu'un ou deux autres noms en -ac aient disparu. carte de Cassini : Tassillac. Aujourd'hui Tessilhac ( Teyssilhac ) est davantage connu par la stèle érigée au carrefour de la RN 20 à la mémoire de quatre résistants et d'un habitant des Genestes, tués par les allemands dans cette zone lors de l'attaque d'une colonne blindée. c'est devenu un nouveau repère dans la géographie locale : on appelle ce lieu le monument de Teyssilhac.
Tesseyrol : De l'occitan  teissier ( tisserand ). Etym. L. texere.
Teulières : De l'occitan teulièra ( tuilerie, briqueterie ). On trouve deux lieux portant ce nom. Etym. L. tegula.
Teyssières : De l'occitan teissier, teisseire  ( tisserand ). Etym. L. texere.
Tilleul : De l'occitan lo tilhol. Etym. L. tilla.
Tournissade : sens inconnu. Suffixe -issada.
Tournicari, tournicarie ( ES 1913 ) : De l'occitan tornar ( tourner ) tornicar ( tourner et retourner, travailler au tour ). Là devait se trouver un atelier de tourneur. Etym. L. tornus, tornare. Tournicary est le mot figurant sur le plan cadastral.
Touron : L'un près de Gignac, l'autre près du Masset : de l'occitan lo toron, prononcer lou  touroun, fontaine, source ( en langudocien ) Etym. : mot préceltique d'une racine tor, hauteur.
Tras claux : derrière l'enclos. de l'occitan tras ( derrière, contre ). Etym. L. trans, voir claus.
Tras la grange ( ES 1830 ) : près de Gignères ( contre la grange ). Voir grangette. occitan tras ( derrière, contre ). Etym. L. trans voir claus.
Tras les vignes  ( 1766 ) : contre les vignes, de l'occitan tras ( derrière, contre ) Etym. L. trans.
Trau : le trou, de l'occitan trauc ( trou, ouverture, creux, tanière ). Etym. L. traucum.
Treil : De l'occitan trelh, trelha ( la treille ). Etym. L. trichila.
Trèl : De l'occitan lo trèl ( pressoir ). Etym. L. torculum, trollum.
Tremail : De l'occitan tremalh ( sorte de filet ). Etym. B. L. tremaculum ( tres + macula ).
Tremoul : De l'occitan lo tremol ( le tremble, l'arbre ). dérivé local : bolet qui pousse sous les trembles. Etym. L. tremulus.
Tremoulades , tremouladis ( Es 1830 ) : près de Gignères. De l'occitan tremolada, tremoladis, qui signifient bois de trembles. Etym. L. tremulus.
Trenchat, tranchat : le bois coupé, de l'occitan trencar ( couper, trancher ),  Limousin trenchar. Etym.L. truncare, L. V. trinicare.
Trois évêques : voir  Pierre des trois évêques, parcelle A 1-12
Trois pierres : Parcelles  C 447-448. ces trois pierres, situées au sommet d'une colline, font penser à un dolmen.
Trois pieds : Voir Pech.
Tunnel de Montagnac : dénomination depuis le percement du tunnel et la création de la voie ferrée. les travaux s'étalèrent  de1882-1888 . longueur du tunnel 105 m. Coût 174 300 francs.
Tunnel des Perriers : cf Montagnac, longueur 417 m. Coût 523 900 francs.
Uscladis, Uxcladis : De l'occitan usclar ( brûler ), usclada ( partie de forêt brûlée ). défrichement par écobuage ? Ou bien colline exposée à la chaleur du soleil ? Etym. L. ustalare.
Vache : sur la carte de Cassini, près du Pech de la castagne, il semble qu'aujourd'hui cette maison n'existe plus.
Valadier, Valadiés : De l'occitan valadièr ( terrassier qui entretient les fossés ).
Valettes : Voir la Valette.
Vallon du lac : sur l'occitan val ( vallée ). Etym. L. vallis.
Vallon de Bertrand : diminutif formé sur l'occitan va ( vallées ) Etym. L. vallis. Bertrand est bien évidemment le prénom d'un ancien propriétaire.
Verdèlerie, Verdererie : ( Combarieu, 1881 ), évocation d'un métier aujourd'hui disparu : la fabrication de paniers en osier. En occitan, verdela désigne le playon d'osier et la tige jeune de noisetier avec laquelle on fabriquait les paniers. Etym. L. viridis.
Veray : ES 1830, près de Leygonie. Autre appellation de ce lieu : le verrat.
Verdechou : Anthroponyme. On dit aussi Chez la Verdèche.
Verdiere : - PC 1830, Voir Verdèlerie. L'occitan verodalas désigne la tige jeune du noisetier avec laquelle on fabriquait des paniers. Etym. L. veridis.
Verdierie : sur l'occitan verd ( vert ), verdejar ( verdoyer ), Etym. L. veridis. A rapprocher de verdilles, vert, vertasses. L'occitan verodolas désigne la tige jeune de noisetier avec laquelle on fabriquait des paniers.
Verdilles : près des Genestes. Sur l'occitan verd ( vert ) verdejar ( verdoyer ). Etym. L. veridis.
Verachous ( CN 1770 ) : près de la Veyssière, diminutif verraçon ( porcelet ), désigne une parcelle située près du verrat ( près gare ). Etym. L. verres.
Verrat, verat ( ES 1830 ) : même orthographe et même prononciation en français et en occitan. Etym. L. verres. Plusieurs lieux-dits portent ce nom.
Verrichou, ES  1830, près de Gignères. Voir verrachous.
Vert, sur l' occitan verd ( vert ), verdejar ( verdoyer ); Etym. L. viridis.
Vertasses, sur l' occitan verd ( vert ), verdejar ( verdoyer ); Etym. L. viridis. Ici avec suffixe péjoratif.
Veyssade, CN 1770, En occitan la vaissa désigne le noisetier et vaissiera un lieu planté de noisetiers. Voir la Veyssière. Etym. préceltique.
Veyssiere, laveyssière sur le relevé cadastral, bois de coudriers ( noisetiers sauvages ). En occitan la vaissa désigne le noisetier et vaissieira un lieu planté de noisetiers. Aujourd'hui, ce terme occitan a laissé la place à un autre mot : l'aulanier dont le fruit est l'aulana. Carte de Cassini : La Vayssière. Julien de Termes, écuyer, docteur en théologie, curé de Cressensac de 1698 à 1752, était sieur de  Laveyssière. Du manoir-château il reste quelques murs et des ouvertures. Etym. préceltique vaisso.
Vieille Jarrige, nom d'un ancien tènement cité dans l'acte d'inféodatioj de quelques villages de St Bonnet par le duc de Noailles ( 18 e siècle )
Vielfour, viel four haut ( PC 1830 ), viel four bas ( Pc 1830 ), souvent écrit aujourd'hui en un seul mot : Vielfour. En occ. vièlh forn. Etym. L. vetulus furnus. A quoi servait  ce four qualifié de " vieux " à une époque déjà lointaine ? Un bas fourneau  pour la première fonte de fer avant transport ? Un four de briquetier ? Un four à chaux ? Rien, dans les textes, ne permet d'étayer l'une ou l'autre des hypothèses. On constate seulement la présence d'un mur construit avec des scories issues d'un four, signe qu'il y avait bien près de la barrière de Vielfour un fourneau pour la fonte du minerai, sans doute.  En 823, le seigneur de Turenne, le comte Rodulfe, a donné à son fils et à sa fille qui entraient au monastère les fourneaux devenus, lorsque ces deux fours ont été mis hors d'usage, Viel Four haut pour l'un et Viel four bas pour l'autre. Voir chauffour.  A noter que sur la carte de Cassini ( 18 e siècle ) et sur le plan cadastral sont répertoriés un Vielfour haut et un Vielfour bas. En 1550, les propriétaires des tènements des fournaux et des Gignères étaient les Teyssandier, les Jaubertiye et Pierre Crozat. Dans ce village est mort Pierre Cérou devenu chevalier Pierre de Cérou, auteur de trois pièces de théâtre ( l'amant auteur et valet ( 1740 ), avec notice biographique, historique et littéraire. Cf bibliothèque de Gignac ). Les habitants de Gignac et Cressensac l'appelaient le chevalier de Vielfour.
Vigna bela, transcription phonétique de l'occitan la vinha bèla, c'est-à-dire la grande vigne. En occitan bel signifie grand. Etym. L. vinea et bellusd.


Lexique de termes régionaux, en exemple :
 
Vocabulaire que j'ai utilisé dans certains romans :

Bacade : pâtée pour les porcs, ( occitan : bacada )
Caillade : lait caillé ( occitan : calhada )
Cailladou : petit fromage blanc ( occitan : calhadon )
Calel : petite lampe à huile
Cantou : coin du feu, creux de la cheminée ( occitan canton )
Couade : godet de bois qui possède un long mnche troué par lequel on fait couler l'eau puisée dans un seau ( occitan coada )
Drôle : garçon ou fille, sans nuance péjorative ( occitan : dròlle prononcé [ drɔnle ]
Fenestrou : petite fenêtre ( occitan : fenestron )
Ferrat : godet de métal pour puiser dans un seau.
Flaugnarde : gateau composé de farine, de lait, d'oeufs... Fe : flaunharda )
Graillons : sorte de rillettes ( occitan : gralhons )
Mila dieus : mille dieux ! ( occitan : prononciation [ milodiw ]
Millassou : gâteau fait avec de la farine de maïs ( occitan : milhasson )
Mique : grosse boule de pâte bouillie ( occitan : mica )
O plau !  : Si, bien sûr ! ( occitan : : oc lan )
Oule : marmite ( occitan : ola )
Paradis : la marchande de paradis vendait les écorces pour le feu.
Seille : Seau ( occitan : selha )
Sendarel : petit sentier.
Touron : source, fontaine ( occitan : toron )
Tourtelou : petites galette de blé noir ( occitan : tortelon )
Tourtou : galette de blé noir ( occitan : torton )
Venetz minjar la sopa ! ( occitan : prononciation [venemindzaloʃupo )

Savez-vous parler toulousain ?

Le parler toulousain a engendré des expressions qui elles aussi n'appartiennent qu'à lui. Pourtant il est compris par les gens du Sud.

Certes, on pense immédiatement à l'occitan, ce vieil idiome qui fit se battre les hommes lors de la croisade des Albigeois, et se pâmer les femmes dans les cours d'amour où ce délicieux état de l'âme, prit le qualificatif de courtois.

 
Chaque ville a son parler. À Toulouse, les touristes ont parfois l'impression de débarquer en terre étrangère. Un site internet a répertorié quelques termes locaux en un « vocabulaire toulousain de survie ».  A Toulouse, on se traite de con, à Marseille de couillon. Depuis que Nougaro a indiqué dans son « Ô Toulouse » qu'ici, même les mémés aiment la castagne ( la châtaigne en occitan, c'est-à-dire la bagarre ), le parler toulousain a droit de cité dans toute la France. Des livres ont été consacrés au français parlé à Toulouse et même un dictionnaire régional. Frédéric Mistral a mis en valeur la langue de Marseille. Ici, on parle de « poche » pour un sac en plastique, Dans le même ordre d’idée, à noter qu’on ne parle pas ici de sacs ( en plastique ou en papier ), mais de poches, transcription littérale du mot occitan pòchaqu'on met dans la malle ( pour le coffre de la voiture ) quand on ramène les commissions ( les courses ). Avec peut-être quelques chocolatines ( pains au chocolat ), oreillettes ( merveilles ou beignets ) au fond. Un parler toulousain qui trouve ses racines dans l'occitan (  qu'on parle encore dans  le métro toulousain notamment ).
Ce vocabulaire évolue aussi avec des mots plus modernes issus de l'anglais, mais la tradition survit : bader les corneilles, ils vont me faire venir chèvre. Il arrête pas de me raconter des craques. L'autre jour, il m'a gavé avec ses conneries, il s'est pris une bouffe  qui l'a ensuqué. Qu'est-ce qu'il a pu tchapper ( gnaquer ), avec quelques pichets. Sa sœur, la pitchoune, a voulu le porter à l'hôpital mais elle s'est empéguée le mur et elle a escagassé la voiture. Il avait la cagagne, le gafet ! ».

Vocabulaire général : beaucoup de similitudes

Aimable adj. gentil, agréable. Elle est aimable, la maîtresse ?

Ater v.tr. regarder, surtout à l'impératif. Ate la fille qui passe !

Bader v.tr. rester bouche bée devant. Ta soeur, elle arrête pas de le bader. Bader les corneilles. De l'occitan badar, béer.

Banane n.f. scol. mauvaise note. C'est la première fois de l'année que je prends pas une banane.

Barouf n.m. bruit. Les voisin te font un barouf terrible.

Batailler v.pr. se battre (enfantin). Ils se bataillent tous les jours. De l'occitan batalhar.

Biture n.f. état d'ébrité poussé. Il est rentré avec une de ces bitures ! Etymologie marine : une biture, c'est la manière dont on agence une chaîne d'ancre en zig-zag sur le pont d'un navire, avant de jeter l'ancre. Si la biture est bien faite, sans que les allers-retours ne se chevauchent, la chaîne file sans accrocher quand elle est entraînée par le poids de l'ancre.Par analogie, tenir une bonne biture (comme on dit également en Bretagne), c'est marcher en zig-zag sous l'effet de quelques verres de trop.

Biturer v.tr. mettre dans un état d'ébriété poussé. On va se biturer la gueule. De biture*

Bon-papa n.m. grand-père. Va voir bon papa, il te dira. Traduction littéralede l'occitan (specialement  gascon) pairbon, litt. père bon.

Bonne-maman n.f. grand'mère. On va chez bonne-maman ce soir. Traduction littéralede l'occitan (spécialement gascon) mairbona , litt. mère bonne.

Bouléguer v.tr. remuer, bouger. Boulègue-toi le cul, on va pas dormir ici. Au loto*, y en a toujours un qui roumègue* de pas avoir un numéro, et qui crie ``boulègue''. De l'occitan bolegar, remuer.

Boulard n.m. bille plus grosse que les autres, de plus forte valeur. J'ai tchourré* deux boulards chez Munoz ! De l'occitan bolard, grosse boule.

Boutchou n.m. bébé. Ate* moi le boutchou ! De l'occitan bochon.

Branlée n.f. correction. Samedi dernier, le Stade s'est pris une branlée sévère!

Brave adj. serviable, bon. La voisine elle est brave, elle est allée me faire les commissions*. Par ext. trop serviable, couillon*, gentil*. Interférence de l'occitan brave, serviable.

Brunir v.intr. bronzer. Comme tu as bruni, à la mer ! De l'occitan brunir, bronzer.

Cachou n.m. 1. bonbon "inventé à Toulouse et fabriqué aussi". T'aimes les cachous ? . 2. Coup à la figure. Il s'est pris un cachou sévère. De l'occitan caishon, petite dent.

Cagade n.f. (vulg.) chiure, échec. Ça a été une cagade totale. De l'occitan cagada, chiée.

Cagagne n.f. blues, cafard, manque de chance. Eh bè*, t'as la cagagne pitchou* ?

Cagagnoùs, -e adj. sale, tacheté de crasse. Mon petit tu es tout cagagnous!De l'occitan caganhós, même sens.

Cagasse n.f. (vulg.) diarrhée, chiasse. Je t'avais une de ces cagasses... De l'occitan cagassa, chiasse.

Cagnàs n.m. grosse chaleur, canicule, celle qui coûte des litres de sueur à chaque mouvement. Au départ "flemme". Qué cagnàs ! De l'occitan canhàs, grosse "flemme", peut-être confondu avec calimàs, canicule.

Caguer (s'en ~) v.tr.ind. (vulg.) s'en foutre. Ton histoire, je m'en cague. De l'occitan s'en cagar.

Caguer v.tr. (vulg.) chier. Tu vas pas nous en caguer une pendule ! Il nous fait caguer, l'autre ! De l'occitan cagar, chier.

Cailler 1 v.intr. faire froid. Ouh con qu'il caille !2. v. pr. avoir froid. On se caille sévère, ici.

Capter v. tr. comprendre. Là, j'ai pas tout capté.

Carrer (s'en ~) v.tr.ind. s'en foutre. Ton histoire, je m'en carre. Déformation euphémisante de s'en caguer*.

Carton n.m. scol. mauvaise note. J'ai encore pris un carton, la prochaine fois, je tusterai*. 2. taper le carton jouer au cartes. On tape le carton ?

Castagne n.f. bagarre. Ce soir, il va y avoir de la castagne. De l'occitan castanha, châtaigne.

Cellier n.f. débarras. Mets le balais au cellier.

Chèvre (venir ~) v.tr. rendre dingue. Avec tous ce que tu fais, elle  va venir chèvre, ta mère. Traduction littéralede l'occitan far venir cabra.

Chlinguer v.tr. puer. Mais ça chlingue ici.

Clamser v.intr. voir clapser*.

Clapser v.intr. s'évanouir, crever. Porte* lui une chaise, qu'*il va clapser.

Clugner v.intr. compter quand on joue à cache-cache. Tè, c'est toi qui clugnes ! De l'occitan clunhar, de clunhet, cache-cache.

Cocard n.m. oeil au beurre noir. Il est revenu avec deux cocards.

Collègue n. copain, copine. Avec mon frère, ils sont total collègues. De l'argot pied-noir ?

Commissions n.f.pl. les courses, les achats courants de la maison. Il est parti faire les commissions. (F.)

Commode adj. pratique, facile à vivre. Elle est commode cette fourchette ! Il est pas commode, ton voisin.(F.)

Comporte n.f. récipient servant à recueillir le raisin pendant les vendanges, porté par deux personnes.

Con adj. idiot, affectueusement, drolle. Qu'il est con ton frère, je peux pas me tenir de rire !

Connerie (avoir la ~) v.intr. fait d'être con*, de dire beaucoup de bêtises comiques. Il a la connerie, ton frère aujourd'hui.

Cono adj., souvent subst. connard. Appliqué depuis quelques années aux donneurs de leçons parisiens, ou leurs disciples provincialistes ou centralistes.

Consulte n.f. consultation. La consulte du docteur commence à 9h et s'achève à midi. De l'occitan consulta.

Cotise n.f. cotisation. T'as payé ta cotise ? De l'occitan cotisa.

Couille n.f. testicule. Le mot est passé de l'occitan colha au français par le toulousain ou le marseillais.

Couillon n.m. niais. Quel couillon ce mec ! De l'occitan colhon, diminutif de colha, testicule.

Couillounét n.m. petit couillon.

Couillouner v.tr. rouler, arnaquer. Tu t'es encore faite couillouner par un client. De l'occitan colhonar.

Couper v.tr. 1. casser. Ne monte pas là dessus, que si tu tombes, tu vas te couper la jambe. Il a encore coupé un verre. 2. Déchirer. Tu t'es tout coupé le pantalon. De l'occitan copar, casser.

Cròc n.m. croche-pied. Dire* de toi que tu m'as fait un cròc.

Cramer v.tr. brûler. Il a tout fait cramer. De l'occitan cremar.

Craques n.f.pl. bobard. Il t'a encore raconté des craques. De l'occitan craca.

Cuiller n.m. cuillère. Tu me passes les cuillers ? De l'occitan culhèr, cuillère.

Décaniller v.tr. faire tomber, d'un tir. Avec sa voiture, il a décanillé la statue de la place ! De l'occitan descanilhar.

Déchiré, -e adj. en état d'étylisme avancé, just avant le coma. Il est complètement déchiré.

Déjeûner n.m. et v.tr. repas du matin, petit-déjeûner. J'ai déjeûné un bol de café noir et une grand tartine de pâté. De l'occitan dejunar, prendre son petit déjeûner

Dépiquer v.tr. moissonner. Il vont dépiquer demain. De l'occitan despicar.

Déquiller v.tr. faire tomber, d'un  coup. Avec sa voiture, il a déquillé la statue de la place ! De l'occitan desquilhar.,

Dîner n.m. et v.tr. repas de midi, déjeûner. Venez vers midi pour dîner ! De l'occitan dinnar.

De prép. son emploi est nécessaire dans deux cas : 1. introduire un nom après un adjectif antéposé. C'est la tienne, de voiture ? 2. introduire un adjectif quand le nom qualifié est antéposé. Des bougies, j'en ai une de bleue, une de rouge et une de verte. Traduction littérale de l'occitan.

Dire (de qq.un) v.tr. ind. scol. dénoncer (enfantin). Je vais dire de toi !

Empapaouter v.tr. arnaquer, rouler. Je te l'ai empapaouté vite fait ! De l'occitan empapautar.

Empéguer v.pr. percuter. Je me suis empégué le mur. Attention, à Marseille, s'empéguer signifie se soûler. De l'occitan empegar enduire qq.ch. de colle pour le fixer.

Engin n.m. mobylette, plus précisément mobylette dont on a fait sauté les chicanes du pot d'échappement, remplacé les cylindre 49,9 cm3 par des cylindres 75cm3, retourné le guidon style dragster, etc.

Ensuqué, -e adj. endormi (plutôt d'un coup de massue), ou d'esprit pâteux. Je suis complètement ensuqué aujourd'hui.

Épines n.f.pl. ronces. Il est tombé dans les épines. De l'occitan espin, ronce.

Escagasser v.tr. donner la forme d'une cagasse*, abimer. Il m'a escagassé tout le devant de la voiture. De l'occitan escagassar, ratatiner.

Esclaffer v.pr. 1. exploser en s'écrasant. La figue s'est esclafée sur le gravier. 2. éclater de rire. Elle s'est esclaffé au milieu du cours. De l'occitan s'esclafar, éclater en s'écrasant.

Excuser v.pr. demander pardon. Pour tes souliers*, je m'excuse !

Faire péter v.tr. apporter, sortir, faire marcher. Fait pêter le disque ! De l'occitan (gascon) hèr petar.

Faire voir v.tr. montrer. Fais voir tes mains ! De l'occitan (en part. gascon) hèr véser, "faire voir", montrer.

Faux adj. mauvais, toxique. Ce champignon, c'est un faux.

Feignàs, -se n. fainéant,-e. Croisé du français fainéant et de l'augmentatif occitan -às.

Femme n.f. petite amie (potentielle...), chez les jeunes. Putain, à la fête, t'y avait de ces femmes !

Fion n.m. 1. insulte. Tu lui as envoyé un de ces fions. 2. (vulg.) cul. Vas y montre nous ton fion !

Frappe n.f. délinquence. Ces gamins, c'est de la petite frappe.

Gagner (qq.un) v.tr. scol. battre, avoir un meilleur résultat. Je t'ai encore gagné.

Garnir v.tr. remplir un formulaire. Vous me garnissez encore cette feuille, et ce sera bon.

Gaver v.tr. fig.  1. saoûler de paroles. Tu me gaves avec ton franchimand. 2. énerver. Le voisin, il me gave.

Gentil,-le adj. légèrement stupide. T'es gentil toi ... allez va chez ta mère !

Gnac n.m. 1.  morsure. Mets-y un gnac ! 2. énergie. Aujourd'hui, je t'* ai un gnac terrible. De l'occitan nhac.

Gnaquer v.tr. mordre à pleines dents. Va-z-y, gnaque un coup dans la pomme ! De l'occitan nhacar.

Malle n.f. coffre de voiture. Mets les commissions* à la malle. De l'occitan où malle et coffre de véhicule sont désignés par le même mot arca.

Manger n.m. nourriture. Va porter le manger au voisin ! De l'occitan manjar.

Mauvais adj. méchant. Attention au chien, il est mauvais ! De l'occitan, où le même adjectif , soit marrit soit missant est employé pour mauvais et  méchant.

Me, te, lui, nous, vous, leur pr. indirects possessifs. Inconnus du français standard, ils fournissent une formulation alternative de la possession. Je me prends le vélo ou je prends mon vélo. Traduction littéralede l'occitan.

Me, te, se, vous pr.réfléchis explétifs. Inconnus du français standard, ils servent à renforcer l'énoncé, en impliquant le locuteur et/ou le destinataire un peu plus dans leur action. Ils peuvent être redoublés. Il s'est mangé une pomme. Je te vais me manger un de ces platràs* de pâtes ! A ne pas confondre avec les pronoms réfléchis possessifs. Traduction littéralede l'occitan.

Minable adj. ivre-mort. A la partie, ils se sont mis minables.

Noèl n.f. noël. Vous faîtes quoi pour la noèl ?. Souvent prononcé "la nouèl".

Paguère n.f. ubac, versant à l'ombre. Sur la paguère, ils font du maïs. De l'occitan (spec. gascon) paguèra, ubac.

Pain n.m. coup à la figure. Tu vas te prendre un pain, que tu vas voir un peu !

Panière n.f. grand panier. Prends la panière de linge ! De l'occitan panièra.

Pastròp adv. (prononcé pass' tropp'), pas beaucoup, pas trop. Ça va ? Pastròp. T'en veux beaucoup ? Non, pastròp. Mots occitans, pas et tròp.

Patàc n.m. coup. Il s'est pris un patàc qui l'a ensuqué*, et il s'est esplaterné*. De l'occitan (particulièrement gascon) patac, coup.

Pauvre adj. décédé, pour parler d'une personne morte. Son pauvre père lui a laissé deux maisons. De l'occitan paure, pauvre, utilisé dans les mêmes conditions.

Péguer v.tr.ind. être de contact collant. Bah, mais elle pègue la table ! De l'occitan pegar, coller, de pega poix.

Pégueux, -se adj. collant, poisseux. Il avait les mains toutes pégueuses. De l'occitan pegós, collant.

Péïzoùs n.m. péj. agriculteur, péquenot. A Coueilles, c'est que des péïzoùs ! De paysan, avec le suffixe péj. occitan -ós.

Percuter v. intr. comprendre d'un coup, par illumination. Au bout d'une heure, il a percuté.

Pét n.m. coup. Ton vélo, il a pris un pét au guidon. Y avait pas un pét de vent. De l'occitan pet.

Pétasser v.tr. repriser. Tu pourras me pétasser le pantalon pour demain ? Par ext. réparer. Pétasser un mur. De l'occitan petaçar, repriser.

Peuneu n.m. voir mneu*.

Pichet n.m. carafe. Passe-moi le pichet, pour le Ricard. De l'occitan (gascon spécialement) pishet.

Pinailler v.intr. chercher la petite bête. Arrête de pinailler ! (F.)

Pitchou, -ne adj. petit, -te. Il est tout pitchou, ton garage ! De l'occitan pichon, petit.

Pitchounet, -te adj. tout petit. De l'occitan pichonet, tout petit.

Pitchous (les ~) n.m.pl. les enfants.

Plaindre (qqch.) v.tr. donner peu, et avec réticence. Le patron doit nous nourrir à midi, mais il plaint vraiment la nourriture. Traduction littéralede l'occitan plànher, plaindre, utilisé dans les mêmes circonstances.

Platràs n.m. plat ou assiette bien remplis de nourriture, plâtrée. Il a commencé son repas par un platràs de riz. Du français plâtrée avec le suffixe augmentatif occitan -às.

Plier v.tr. ranger, pour emporter, débarrasser. Va plier tes affaires, on s'en va ! Il faut encore plier la table et faire la vaisselle. De l'occitan plegar, plier, ranger.

Plus adv. autre. Tu vas chercher quelqu'un plus ? De la construction occitane qualqu'un mai, où mai signifie "plus". Prononciation. En principe, on prononce "plu" pour la négation (ne plus) et "plus" pour l'augmentatif. Mais de nombreuses personnes prononcent "plu" dans les deux cas par hypercorrection. On peut donc entendre "quelqu'un plu" ou "quelqu'un plus".

Poche n.f. sac en plastique. Je pourrais avoir une poche pour les légumes ?

Porter v.tr. apporter. Porte-moi un kilo de tomates. De l'occitan portar, apporter.

Poutou n.m. bisou. Faits un poutou à la* mémé ! De l'occitan poton, baiser.

Que conj. car, parce que. Couvre-toi que tu vas avoir froid. De l'occitan que, car.

Queuds adv. rien. On y voit queuds. De la location que dalle.

Quiller v.tr. ou pron. dresser, se dresser. Ate* comme il quille les oreilles, le chien ! De l'occitan quilhar.

Quine n.f. rangée pleine sur un carton de loto. Pour la quine, le lot, c'est une calculatrice. De l'occitan quina, groupe de

Quique n.f. sexe de l'homme. Et, Sandrine, ate* cette quique qu'il doit avoir Fabien ! De l'occitan quica.

Quiquette n.f. sexe du petit garçon. Leur pitchou*, il se promène tout le temps la quiquette à l'air. De l'occitan quiqueta.

Pigne n.f. fruit de conifère. Prends des pignes pour lancer le feu.

Rendre v.int. vomir. Il a rendu toute la nuit.

Trouver 1. v. tr. sentir. Le poivre, on le trouve, dans ton rôti. 2. v.pr. se sentir. Elle s'est trouvé mal.(F.)

Rien que loc. adv. seulement. "Il est venu rien que lui." "Rien que ?" "Oui, rien que lui !" "Eh bèh !" De l'occitan ren que.

Rocade n.f. périphérique de Toulouse. Il y a aussi une rocade Bordeaux.

Rouméguer v.intr. râler. Il roumègue après tout le monde. De l'occitan romegar, râler.

Rouste n.f. raclée. Tu vas te prendre un sacrée rouste !

Rouspéter v.intr. manifester son mécontentement, disputer. E bé, ton père, il va rouspéter !

Sapinette n.f. thuya. Les enfants se lançaient des pignes* de sapinette.(F.)

Saquer v.tr. 1. supporter. Je peux pas le saquer. 2. discriminer. Le prof  le saque à chaque fois. De l'occitan sacar, mettre en sac, jeter. (F.)

Se serrer v.pr. s'approcher, se pousser. Serre-toi que je puisse m'asseoir. De l'occitan se sarrar, s'approcher, se pousser.

Sentir v.tr. exercer son odorat ou son toucher. Je sens le vin, j'ai le nez dans mon verre et j'inspecte son odeur. Distinguer de Sentir + à v.tr. ind. avoir l'odeur de. Je sens à vin, je dégage une odeur de vin. Même construction pour ``avoir goût à''. Ton gâteau, il a goût à poussière.

Souillarde n.f. débarras. Mets le balais à la souillarde. De l'occitan solharda.

Souk n.m. désordre. C'est le souk, ma chambre ? De l'arabe sûq, marché.

Souper n.m et v.tr. repas du soir, dinner. Après le souper, j'ai pris un bain, et au lit. De l'occitan sopar.

Suite (de ~) adv. tout de suite. T'y vas de suite ou après* ?

Tailler v.tr. couper. Il s'est taillé le doigt. De l'occitan talhar, couper.

Taquet n.m. 1. coup de poing sec. Tu veux un taquet ? 2. butée. Il conduisait au taquet, c.à.d. l'accélérateur en butée.

Taquet n.m. coup sec. Tu veux un taquet ? Peut-être de l'occitan  pataquet, petit coup.

Tchatche n.f. capacité à tchatcher*. Quelle tchache il a celui la ! De tchatcher*

Tchatcher v.intr. tcharrer avec volubilité. Quand'il aura fini de tchatcher, on pourra y aller. De l'argot pied-noir, croisement de l'espagnol charlar et de l'occitan charrar, avec répétition expressive.

Tchourer v.tr. voler, dérober. On m'a tchouré le vélo. Adaptation du français chouraver avec tch occitan ?

Tranquilou adv. tranquillement. Tu vas le faire tranquilou et ça ira très bien. Du français tranquille et diminutif occitan -on prononcé "ou".

Trempe adj. trempé, mouillé. Et maintenant, tu as la satche* toute trempe. De l'occitan trempe, trempé.

Trop adv. très. Il est trop mignon ton frère ! (F.)

Vaillant adj. dûr travailleur. Ton fils, il est vaillant pour son âge. Interférence du français vaillant et de l'occitan valent, dur travailleur.

Vert (être ~) v.intr. être fou de jalousie. Quand j'ai vu son engin*, j'ai été vert !

Vioque n.m. (pej.) vieux, personne agée. Les vioques vont tous y passer.

Vivier n.m. mare. Si tu vas au vivier, le Cornac* il va t'attraper.


Exclamations, expressions

Achève ! termine vite, dépêche-toi de finir. Traduction littéralede l'occitan acaba !

Adieu ! formule de convivialité. Salut ! De l'occitan adiu !

Arrive ! viens vite, dépêche-toi.

Avec plaisir formule de convivialité. De rien, je vous en prie. Merci ! Avec plaisir !

Bèï caga pour renvoyer quelqu'un. De l'occitan vèi cagar, va chier.

Bon peu (un ~) une certaine quantite, assez conséquente. Tu mets un bon peu de farine. Traduction littérale de l'occitan un bon pauc.

Boudu ! excl. expression de surprise ou d'agacement. Boudu qu'il fait chaud aujourd'hui. De l'occitan bon Diu, bon Dieu.

Eh bèh et ben, et bien. De l'occitan e ben.

Eh oh ! ( "oh" prononcé comme dans "pomme") acquiescement, pour dire qu'on est d'accord avec le caractère exceptionnel de ce que l'autre vient de dire. De l'occitan e òc, et oui.

En cas que loc. adv. au cas où. Prends ta veste en cas qu'il pleuve.

Fascaga commentaire péj. De l'occitan fas cagar, tu fais chier.

Ildépute ! expression de surprise marquée. De l'occitan (gascon) hilh de puta, fils de pute.

Je te ferais dire je te fais remarquer. Il est à l'heure, lui, je te ferais dire.

Je te/vous prie formule de convivialité. S'il vous plait. Passe-moi le pain je te prie ! Traduction littéralede l'occitan Te/vos 'n prègui.

Macarèl excl. de surprise occitane, maquereau.

Milledieux excl. voir milodioùs*.

Milodioùs excl. d'énervement. Occitan mila dius, mille dieux.

Oh con ! expression de surprise.

Putain particule énonciative soulignant le caractère affirmatif de la phrase.

Qu'es aquo ? Qu'est-ce-que c'est ? De l'occitan Qu'es aquò ?

! tiens ! De l'occitan tèn.


 

Gastronomie

Cassoulet n.m. plat de fête, dont les ingrédients de base sont les lingots*, du confit* et de la charcuterie (non fumée).

Chocolatine n.f. viennoiserie : pain au chocolat. Un ``pain au chocolat'', c'est une tranche de pain accompagnée d'une barre de chocolat à croquer.

Confit n.m. façon de préparer la viande dans la graisse pour pouvoir la conserver plusieurs mois.  On en fait essentiellement avec du porc, du canard ou de l'oie. De l'occitan confit, confit.

Estouffadou n.m. plat, en particulier gâteau, trop nourrissant. Etouffe-chrétien. Boudu*, quel estouffadou ce gâteau ! De l'occitan estofador, étouffeur.

Farci n.m. farce à farcir. Du farci, tu en mêts dans les tomates jusqu'au chapeau.

Flûte n.f. pain de 400 g. Une flûte et une fougasse*, je vous prie* !

Fougasse n.f. sorte de pain confectionné avec les restes de pâte de la boulangerie. Plate et percée de trous de quelques centimètres, on peut en trouver agrémentées d'olives ou de cansalade* suivant la région. De l'occitan fogassa.

Magret n.m. partie maigre du canard ou de l'oie, correspondant au blanc du poulet. Peut se servir cuit à la poêle, au four ou séché comme du jambon de pays. De l'occitan magret, diminutif de magre, maigre.

Milasson n.m. sorte de flan épaissi de farine. De l'occitan mil(h)asson.

Millàs n.m. pâte de farine de maïs et d'eau de boudin, que l'on fait frire et que l'on mange avec du sucre et de la confiture. Prends du millàs pour le dessert. De l'occitan milhàs.

Pastis n.m. gâteau constitué de feuilles de pate aromatisée. Ne pas confondre avec la boisson plus connue sous le nom de Ricard ou de jaune. De l'occitan pastís, préparation faite de pâte ou d'ingrédients écrasés.

Piperade n.f. façon de préparer les poivrons, à la graisse de canard, avec des oignons et des tomates. Peut servir de légume d'accompagnement, ou être servie avec des œufs au plat et du jambon de pays sauté. Prononcé plutôt "pipeurade" que "pipérade". De l'occitan (spécialement gascon) piperada, de pipèr, poivron.

Touiller v.tr. remuer un plat qui mijote. Tu peux touiller la piperade*, du temps* que j'ouvre ?


 


Date de création : 21/09/2010 . 20:36
Dernière modification : 07/10/2013 . 13:30
Page lue 3279 fois


Réactions à cet article

Réaction n°1 

par Huguette le 22/11/2016 . 14:24

Bravo et merci ,je suis du Tarn et Garonne et le parler des régions , j'adore.!
Amicalement . Huguette

Merci pour ce message. Marie


Site complet

Ce site n'est qu'un chapitre de mon site principal où vous pouvez trouver de multiples articles sur : Culture, littérature, santé, société, voyages...

Pour accéder à mon site principal, cliquez sur le lien suivant :

http://www.mireille33.fr/

Meilleur du Web : Classement des meilleurs sites web.

Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne